Publications du Service canadien des forêts

Genetic variation among pines and spruces in assimilation efficiencies and photosynthetic regulation under elevated CO2. 2018. Major, J.E.; Mosseler, A.; Malcolm, J.W. Trees 32: 215–229.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39581

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s00468-017-1625-4

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les paramètres de la courbe de réponse photosynthétique au CO2 ont été mesurés dans des conditions de CO2 ambiantes (aCO2) et élevées (eCO2) pour deux genres d’arbres importants sur le plan commercial, à savoir les pins et les épinettes. Les espèces comprennent le pin blanc, le pin rouge, le pin gris et le pin rigide, ainsi que l’épinette blanche, l’épinette noire et l’épinette de Norvège. Les semis étaient âgés de 4 ans et avaient été exposés aux conditions pendant 3 ans au moment de la prise des mesures. Dans l’ensemble, les pins présentaient une plus grande efficacité d’assimilation que les épinettes, et une régulation négative de la photosynthèse nette significative a été observée chez les deux genres dans les conditions eCO2, bien qu’elle était plus prononcée dans le cas des épinettes. Parmi les pins ayant évolué dans des conditions eCO2, la régulation négative de la photosynthèse la plus prononcée a été observée chez le pin blanc, suivi du pin rouge. Aucun changement n’a été observé chez le pin gris, et un renforcement des caractéristiques a été observé chez le pin rigide. Dans le cas des épinettes, le taux de photosynthèse n’a pas varié chez l’épinette blanche, mais il a diminué chez les autres espèces. Dans le cas des pins, la photosynthèse nette (Pn) semblait connaître un effet de puits en hausse constante chez l’ensemble des espèces. Le changement photosynthétique correspondant lorsque l’on passe des conditions aCO2 aux conditions eCO2 chez les épinettes illustre une forte corrélation positive et statistiquement significative avec la stimulation de la biomasse, qui soutient la théorie de la régulation des puits associée à la Pn.