Publications du Service canadien des forêts

Salix species variation in leaf gas exchange, sodium, and nutrient parameters at three levels of salinity. 2017. Major, J.E.; Mosseler, A.; Malcolm, J.W. Canadian Journal of Forest Research 47: 1045–1055

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39579

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2017-0028

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Nous avons quantifié les échanges gazeux foliaires, le Na+ et les paramètres nutritifs de Salix discolor Muhl. (DIS), Salix eriocephala Michx. (ERI) et Salix interior Rowlee (INT) soumis à des traitements salins d’intensités nulle (TEM), moyenne (TSM) et forte (TSF). La photosynthèse nette (Pn) a augmenté de TEM à TSM pour toutes les espèces, mais est demeurée inchangée entre TEM et TSF dans le cas des plants survivants de INT soumis au traitement TSF. L’efficacité d’utilisation de l’eau (EUE) de INT était plus élevée que celles de DIS et ERI. Dans le cas du traitement TEM, la concentration foliaire en Na+ de INT était 13 fois plus élevée que celles de DIS et ERI, mais n’a augmenté que de 17 % pour chaque traitement de salinité alors que la concentration foliaire en Na+ de DIS et de ERI du traitement TSM était 6 fois plus élevée que celle du traitement TEM. Le rapport entre les cations et le Na+ de DIS et ERI était plus élevé que celui de INT. Toutefois, ce rapport était stable entre les traitements de salinité pour INT alors que ceux de DIS et ERI ont chuté de façon précipitée. Pour l’ensemble des espèces et des traitements, la Pn était significativement et positivement reliée à la biomasse aérienne sèche totale, ce qui appuie la théorie stipulant que Pn est associée à une régulation par les puits. De plus, Pn était significativement et positivement reliée à l’EUE, au N foliaire et au Na+ foliaire, ce qui reflète probablement la plus grande dépense d’énergie nécessaire pour atténuer les plus hautes concentrations de Na+. La tolérance à la salinité de INT peut être due à la pression de la sélection naturelle des régions arides du sud-ouest des États-Unis d’où on pense que cette espèce tire ses origines évolutives.

Résumé en langage clair et simple

Nous avons quantifié les échanges gazeux foliaires, le sodium et les paramètres des nutriments dans des traitements de salinité de contrôle, moyenne et élevée de Salix discolor, S. eriocephala et S. interior. La photosynthèse nette de toutes les espèces s’est accrue de la salinité de contrôle à la salinité moyenne, mais pour les plants de S. interior survivant en salinité élevée, elle est restée inchangée par rapport à la salinité moyenne. Le Salix interior a une plus grande efficacité d’utilisation de l’eau que S. discolor et S. eriocephala. Dans les conditions de salinité de contrôle, la concentration foliaire de sodium de S. interior était treize fois supérieure à celle de S. discolor et S. eriocephala, mais la concentration dans S. interior n’a augmenté que de 17 % pour chaque traitement de salinité, alors qu’entre la salinité de contrôle à la salinité moyenne, le sodium foliaire de S. discolor et S. eriocephala s’est accru d’un facteur six. Nous avons trouvé une relation positive entre la photosynthèse et la masse totale sèche au-dessus du sol pour toutes les espèces et tous les traitements. De plus, il existe une relation positive importante entre la photosynthèse et l’efficacité d’utilisation de l’eau et l’azote foliaire et le sodium foliaire, ce qui découle probablement de la dépense supérieure d’énergie nécessaire pour atténuer les concentrations plus élevées de sodium. La tolérance au sodium de S. interior pourrait découler des pressions de sélection naturelle dans les régions arides du sud-ouest des États-Unis, où l’on pense qu’il a évolué.