Publications du Service canadien des forêts

Labeling feral spruce budworm populations with rubidium chloride. 2016. MacKinnon, W.E.; Eveleigh, E.S.; Silk, P.J.; Forbes, G. Environmental Entomology 45(2): 427-435.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39560

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 0.1093/ee/nvw009

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le rubidium (Rb) est un élément trace présent naturellement en faibles concentrations dans l’environnement et facilement absorbé par les végétaux, ce qui en fait un outil utile pour l’étiquetage des insectes défoliateurs, comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana Clemens). Nous avons injecté 8 ou 16 g de chlorure de rubidium (RbCl) à des sapins baumiers [Abies balsamea (L.) Miller] et avons observé que ceux-ci prélevaient rapidement ce composé et l’acheminaient à l’ensemble de leur houppier. Le composé n’avait aucun effet négatif sur la croissance des rameaux de l’arbre ou sur le taux de survie et le développement de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Les individus adultes de la tordeuse des bourgeons de l’épinette issus de chenilles qui s’étaient alimentées sur les arbres traités au RbCl étaient clairement étiquetés et présentaient des concentrations de Rb considérablement plus élevées que les adultes issus de chenilles qui s’étaient alimentées sur des arbres témoins. Dans le cas des traitements de 8 g (9 mg/g) et de 16 g (25 mg/g), les concentrations de Rb mesurées chez les adultes sauvages étaient au minimum cinq fois moins élevées que celles mesures chez les adultes élevés en laboratoire dont le régime contenait 1 000 mg/g de RbCl (125 mg/g). Le traitement au Rb n’a eu aucun effet sur les taux de survie et de développement, le poids des pupes, le rapport des sexes et le statut reproducteur de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Les masses d’œufs pondus par les femelles sauvages issues de chenilles qui s’étaient alimentées sur les arbres traités au RbCl étaient elles aussi étiquetées par le Rb. L’injection de RbCl aux arbres constitue une technique viable d’étiquetage des populations sauvages de tordeuses des bourgeons de l’épinette qui peut nous permettre de distinguer les populations locales et les populations d’individus immigrants et de mieux évaluer la réussite des stratégies de lutte précoces, notamment la confusion sexuelle.

Résumé en langage clair et simple

Le rubidium (Rb) est un oligoélément non radioactif qui est présent naturellement en faibles concentrations presque partout dans l’environnement. Chez des sapins baumiers à qui l’on avait injecté du rubidium sous forme chlorurée (chlorure de rubidium, RbCl) à raison de 8 à 16 g par arbre, le composé a été rapidement absorbé et translocalisé dans le feuillage de l’année, sans que la croissance des pousses soit compromise. Les tordeuses des bourgeons de l’épinette adultes qui s’étaient alimentées durant leur développement larvaire sur des sapins baumiers traités au RbCl étaient clairement marquées au Rb, car elles affichaient des concentrations significativement plus élevées que les concentrations de fond décelées chez les tordeuses adultes qui s’étaient nourries sur des arbres témoins durant leur vie larvaire. Ces concentrations n’ont eu aucun effet néfaste sur la survie ou le développement des tordeuses. Nous sommes donc d’avis que cette technique de marquage des tordeuses des bourgeons de l’épinette sauvages pourrait être utilisée avec succès pour évaluer l’efficacité des stratégies d’intervention précoce contre le ravageur (p. ex. essais de perturbation de l’accouplement au moyen de phéromones) et suivre les déplacements des populations dans le cadre des études sur la dispersion du ravageur.

Dernière mise à jour :