Publications du Service canadien des forêts

Climate change can reduce the risk of biological invasion by reducing propagule size. 2017. Gray, D.R. Biological Invasions 19(3): 913–923.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39556

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10530-016-1291-2

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La spongieuse asiatique est un envahisseur exotique qui s’introduit habituellement par l’intermédiaire du commerce maritime international sur longue distance. Les spongieuses asiatiques femelles sont attirées par l’éclairage artificiel des ports et déposent leurs masses d’œufs sur les conteneurs et les superstructures des navires. Il y a introduction de l’espèce lorsque des larves émergent des masses d’œufs après leur arrivée à destination. L’émergence des larves survient seulement après exposition des masses d’œufs à un régime de température qui répond aux besoins complexes du développement embryonnaire. La voie maritime empruntée entre le port d’origine et le port de destination influe sur les conditions de température auxquelles sont exposées les masses d’œufs transportées et, par conséquent, sur la viabilité de la population d’embryons en développement à bord du navire. D’après des simulations par ordinateur, les embryons transportés directement du Japon vers l’Australie (qui subissent donc un changement rapide et inhabituel de saison et de régime de température) ne sont pas affectés, et l’émergence des larves de la population à bord du navire est élevée une fois en Australie. Une voie maritime indirecte (par l’Alaska et le Canada) peut avoir des conséquences négatives sur les embryons en développement. Les températures élevées des scénarios climatiques futurs nuisent au développement des embryons à bord des navires, et ce, quelle que soit la voie maritime empruntée.