Publications du Service canadien des forêts

Projection des effets des changements climatiques sur la forêt acadienne. 2019. Taylor, A.R. Ressources naturelles Canada, Service canadienne des Forêts - Centre de foresterie de l'Atlantique, note d'impact 63F.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39547

La langue : Français

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

N/A

Résumé en langage clair et simple

La région de la forêt acadienne est une mosaïque de forêts de conifères, de forêts de feuillus et de forêts mixtes composées d’essences représentatives de la forêt boréale à dominance coniférienne au nord et de la forêt décidue tempérée au sud. Les essences boréales, notamment le sapin baumier, l’épinette noire, l’épinette blanche, le bouleau à papier et le peuplier faux-tremble, s’y trouvent à la limite sud de leurs aires de répartition, alors que les essences des milieux tempérés, notamment l’érable rouge, le chêne rouge, le hêtre à grandes feuilles, la pruche du Canada et le pin blanc, y atteignent la limite nord de leur aire climatique. Les espèces qui se trouvent à la limite de leurs aires de répartition sont particulièrement vulnérables aux modifications des conditions environnementales. Les chercheurs ont utilisé des modèles pour prédire les changements que connaîtrait la forêt acadienne selon deux scénarios de changements climatiques qui reflètent l’évolution possible du climat selon les émissions de gaz à effet de serre associées à la dépendance aux combustibles fossiles de l’humain. Le scénario 1 suppose que les émissions de gaz à effet de serre culmineront entre 2010 et 2100 puis commenceront à diminuer. Selon ce scénario, la composition et le taux de croissance des forêts devraient très peu changer ou demeurer stables. Le scénario 2 représente le statu quo et suppose que les concentrations de CO2 continueront d’augmenter, ce qui entraînera une hausse des températures annuelles moyenne d’environ 7 °C d’ici 2100 par rapport aux conditions actuelles. La composition et le taux de croissance des forêts devraient très peu changer ou demeurer stables à court terme (jusqu’à 2040). Toutefois, à long terme, l’abondance des espèces boréales adaptées au froid devrait diminuer, tandis que l’abondance des espèces de feuillus adaptées à la chaleur devrait augmenter. Une diminution du taux de croissance forestière de 42 % est projetée d’ici 2100.

Également disponible sous le titre :
Projecting the impacts of climate change on the Acadian forest (Anglais)