Publications du Service canadien des forêts

Spatially explicit climate change projections for the recovery planning of threatened species: the Bicknell's thrush (Catharus bicknelli) as a case study. 2019. Cadieux, P., Boulanger, Y., Cyr, D., Taylor, A.R., Price, D.T., and Tremblay, J.A. Global Ecology and Conservation 16: e00530.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39496

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : https://doi.org/10.1016/j.gecco.2019.e00530

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Dans le contexte des changements climatiques, les gestionnaires des ressources naturelles doivent relever le défi de la planification de la conservation de l’habitat d’espèces menacées. La Grive de Bicknell (Catharus Bicknelli –BITH), oiseau migrateur dont l’aire de répartition est très restreinte, est classée espèce « menacée » en vertu de la Loi sur les espèces en péril au Canada. Selon les projections des modèles bioclimatiques, plus de 50 % de l’habitat convenable de la Grive de Bicknell – forêts denses de sapins baumiers (Abies balsamea) de haute altitude – devrait disparaître dans le nord est des États Unis d’ici 2050 sous l’effet des changements climatiques. La Grive de Bicknell a servi d’étude de cas pour démontrer la valeur des modèles de paysage forestier (p. ex., modèle LANDIS-II) dans l’appui à la prise de décisions sur la conservation de l’habitat des espèces menacées. Nous avons utilisé des modèles pour prévoir les répercussions de l’aménagement forestier, des perturbations naturelles et des changements d’origine climatique sur les peuplements forestiers et la structure du paysage. Selon les scénarios de forçage climatique (RCP 2.6, 4.5 et 8.5), les simulations prévoient des changements importants dans la biomasse des espèces d’arbres dominants, des conifères aux espèces à feuilles caduques, ce qui signifie des pertes considérables des forêts de sapins baumiers matures. Il est prévu que les changements climatiques auront de graves incidences associées à d’importantes modifications projetées après 2080, et dans les « pires » scénarios climatiques, on prévoit des pertes de plus de la moitié de l’habitat convenable de la Grive de Bicknell d’ici 2100. Cela marque un contraste avec les résultats des modèles bioclimatiques qui ne tiennent pas compte des délais prévus dans les réponses de la végétation aux changements climatiques. Nos résultats donnent aussi à penser que des stratégies innovatrices d’aménagement forestier pourraient aider à maintenir l’abondance de l’habitat pour la Grive de Bicknell selon les scénarios de forçage climatique RCP 2.6 et RCP 4.5. Ces résultats peuvent guider la considération des stratégies de conservation efficaces à long terme pour les espèces menacées dans un monde en évolution.

Résumé en langage clair et simple

Grâce à la modélisation ultramoderne du paysage, des scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et de Ressources naturelles Canada (RNCan) peuvent prévoir comment l’habitat de la Grive de Bicknell évoluera sous la pression des changements climatiques au Canada. L’espèce est classée « menacée » en vertu de la Loi sur les espèces en péril au Canada et est inscrite comme espèce « vulnérable » à la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature. La Grive de Bicknell est un oiseau migrateur dont l’aire de reproduction est restreinte aux forêts de sapins baumiers de haute altitude situées dans l’est du Canada et le nord est des États Unis. Les changements climatiques sont considérés comme une menace importante pour son habitat, car il est prévu que les forêts de sapins baumiers connaîtront un déclin important dans l’est du Canada au cours des prochaines décennies avec l’accroissement de la température moyenne et de la sécheresse. Les scientifiques d’ECCC et de RNCan ont modélisé les répercussions des changements climatiques sur cet habitat en utilisant des modèles de paysage forestier (MPF), qui peuvent simuler les perturbations forestières, comme l’exploitation forestière, les incendies de forêt, les épidémies d’insectes et la dissémination des graines, en se fondant sur de nombreux processus écologiques. Ces modèles peuvent faire des projections sur les changements dans la végétation sous l’effet du climat et offrent la possibilité de mettre à l’essai l’efficacité de divers scénarios d’aménagement forestier. Les projections de l’équipe montrent que les changements climatiques et les scénarios de récolte traditionnelle auront des répercussions importantes sur les paysages forestiers de l’est du Canada. Plus particulièrement, les chercheurs prévoient des augmentations de la quantité d’espèces de feuillus et des régions tempérées, bien que les habitats de haute altitude soient plus résilients à ces changements. Cette situation entraînera des diminutions considérables de l’habitat convenable pour la Grive de Bicknell au Canada. Les travaux entrepris démontrent la valeur des modèles de paysage forestier (MPF) qui appuient la prise de décisions sur la conservation de l’habitat des espèces menacées et guident la considération de la conservation de l’habitat efficace à long terme, ainsi que la planification du rétablissement des espèces menacées dans un monde en évolution.

Dernière mise à jour :