Publications du Service canadien des forêts

Loss of ash trees in riparian forests from emerald ash borer infestations has implications for aquatic invertebrate leaf-litter consumers. 2018. Kreutzweiser, D.; Nisbet, D.; Sibley, P.; Scarr, T. Canadian Journal of Forest Research 49: 134-144.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39490

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2018-0283

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Cette étude repose sur des travaux financés en partie par le Invasive Species Centre et porte sur l’évaluation du risque de disparition des frênes dans les forêts riveraines en raison de l’agrile du frêne. Nous démontrons que les frênes peuvent être répandus et parfois prédominants à proximité des cours d’eau d’amont des forêts riveraines dans un paysage agricole du sud-ouest de l’Ontario, et qu’ils apportent des couches de feuilles mortes (litières) de qualité aux cours d'eau pour les consommateurs de matière organique. Parmi les quatre contributeurs courants de litières issues d’arbres jonchant les cours d’eau qui totalisent près de 65 % de la chute des litières totales, le frêne est la première ou la deuxième source de nourriture préférée des consommateurs. On en déduit qu’il s’agit là d’une source de nourriture labile de qualité, qui est choisie en priorité par les consommateurs parmi les mélanges de litière. Cela concordait avec nos conclusions de teneur en azote relativement élevée et de ratio massique carbone sur azote bas des feuilles de frênes par rapport aux autres espèces répandues d’arbres riverains de notre région étudiée. La disparition des frênes dans les forêts riveraines se traduit par une baisse induite par les agriles relative à l’apport en ressources de qualité pour les consommateurs de matière organique dans les cours d’eau. Nous abordons la manière dont cela peut être pris en compte pour les prévisions des risques et les stratégies d’intervention.

Dernière mise à jour :