Publications du Service canadien des forêts

Adoption influences in Ontario’s 50 Million Tree Program. 2018. MacDonald, H.; McKenney, D.W.; Pedlar, J.H.; Hope, E.S.; McLaven, K.; Perry, S. The Forestry Chronicle 94(3): 221-229.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39489

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.5558/tfc2018-035

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Le programme 50 millions d’arbres du gouvernement de l’Ontario qui existe depuis 2007 vise à encourager le reboisement de la province. Dans le cadre de ce programme, Forests Ontario apporte une aide financière afin de compenser les coûts de plantation d’arbres sur des propriétés d’au moins un hectare; en contrepartie, les propriétaires fonciers acceptent de conserver leurs arbres nouvellement plantés pendant au moins 15 ans. La présente étude se penche sur les répercussions de la mise en œuvre du programme 50 millions d’arbres, notamment le rôle des loyers des terres agricoles (qui permet de donner une indication du coût d’options /de choix entre l’agriculture et les forêts), le niveau de soutien par arbre offert par le programme, ainsi que les motivations personnelles telles que le souhait d’améliorer l’habitat faunique. D’après nos résultats, les propriétaires dans les comtés aux loyers agricoles plus bas (et donc aux « coûts d’option » plus bas) étaient plus susceptibles de participer à ce programme. Par ailleurs, on a constaté en général une progression du couvert forestier dans les comtés dont les loyers agricoles étaient bas. On a examiné les répercussions du soutien par arbre offert par le programme (en moyenne entre 1,25 et 1,35 $) sur la participation au programme (sur le boisement en général), mais la variation limitée des niveaux de soutien n’a pas permis de tirer des conclusions définitives. Enfin, d’après une enquête de suivi réalisée auprès des participants au programme, la faune et l’amélioration du couvert forestier naturel étaient les motivations les plus courantes pour participer au programme.

Dernière mise à jour :