Publications du Service canadien des forêts

Long-term time series of annual ecosystem production (1985–2010) derived from tree rings in Douglas-fir stands on Vancouver Island, Canada using a hybrid biometric-modelling approach. 2018. Metsaranta, J.M.; Trofymow, J.A.; Black, T.A.; Jassal, R.S. Forest Ecology and Management 429(2018):57-68.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39477

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.foreco.2018.06.040

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Il est très important de comprendre la vitesse à laquelle les arbres poussent pour connaître la quantité de carbone éliminée par les forêts du Canada. Pour ce faire, les scientifiques doivent essayer différentes méthodes et les comparer. Dans cet article, nous avons utilisé deux méthodes différentes : nous avons d’abord mesuré la quantité de dioxyde de carbone qui entre dans les forêts et qui en sort chaque minute à l’aide d’instruments fixés à de grandes tours se trouvant au-dessous des forêts. C’est ce qu’on appelle la « covariance des tourbillons ». Nous avons ensuite extrait des carottes d’arbres se trouvant sous les tours, puis mesuré la largeur des anneaux annuels. Ces renseignements ont été saisis dans un modèle informatique, à savoir le Modèle du bilan du carbone pour le secteur forestier canadien (CBM-CFS3). Nous avons utilisé ces deux méthodes pour estimer la « production écosystémique nette », c.-à-d. la quantité de carbone que les forêts absorbent chaque année pendant plusieurs années entre 1985 et 2010. Les deux méthodes ont eu des résultats semblables au fil du temps.