Publications du Service canadien des forêts

Adverse climatic periods precede and amplify defoliator-induced tree mortality in eastern boreal North America. 2019. De Grandpré, L.; Kneeshaw, D.D.; Perigon, S.; Boucher, D.; Marchand, M.; Pureswaran, D.; Girardin, M.P. Journal of Ecology 107:452–467.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39437

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/1365-2745.13012

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

  1. Étant donné que le climat et les zones habitées par les ravageurs forestiers subissent d’importants changements, il est impératif d’évaluer leur incidence combinée sur la mortalité des arbres afin de proposer des mesures d’atténuation et de limiter les pertes de productivité de la forêt. L’objectif de cette étude consistait à explorer le lien entre les perturbations climatiques et biotiques (tordeuse des bourgeons de l’épinette) causant le ralentissement de la croissance des arbres ainsi que leurs répercussions sur la mortalité de deux essences dominantes de la forêt boréale de l’est de l’Amérique du Nord, soit le sapin baumier (Abies balsamea) et l’épinette noire (Picea mariana).

  2. Nous avons distingué les répercussions des composantes biotiques et abiotiques sur la croissance grâce à une combinaison de techniques de comparaison de données de modélisation. Tout d’abord, nous avons caractérisé la variabilité de la croissance et de la mortalité des arbres de la zone à l’étude en utilisant les mesures recueillies au moyen d’anneaux de croissance disposés sur des arbres vivants et morts. Ensuite, nous avons utilisé un modèle de simulation bioclimatique afin d’estimer la variabilité climatique en fonction des réponses annuelles non linéaires passées de la productivité primaire nette (PPN) à l’échelle du peuplement (période allant de 1902 à 2012). À partir de ces deux sources de données, nous avons été en mesure de définir les événements de stress biotique comme étant la cause des phénomènes inexpliqués par le modèle de simulation bioclimatique de la croissance forestière.

  3. Au cours du XXe siècle, deux périodes de conditions climatiques défavorables ont précédé les épidémies de tordeuses des bourgeons de l’épinette et la mortalité des arbres induite par ces dernières. Les événements de stress climatique étaient associés à des printemps froids et des étés plus chauds que la moyenne. Nous avons constaté que les antécédents de stress, en association avec les caractéristiques des arbres et la présence de ravageurs, prédisposaient certains arbres à mourir. En outre, des événements concomitants (climatiques et biotiques) ont accru la gravité des épisodes de mortalité.

  4. Résumé : Notre étude remet en cause la conviction selon laquelle l’épidémie de tordeuse des bourgeons de l’épinette est le principal facteur de la mortalité des arbres à grande échelle dans la forêt boréale de l’Est. La mortalité des arbres serait plutôt le résultat d’événements cumulés combinant des conditions de croissance défavorables, entraînant une perte de vigueur des arbres et, par conséquent, leur mort. La cooccurrence de facteurs de stress à l’avenir pourrait mener à des épisodes de mortalité plus graves, puisque les événements climatiques extrêmes deviendront de plus en plus fréquents.

Dernière mise à jour :