Publications du Service canadien des forêts

Developmental costs of biological invasion: the exotic wood borer Tetropium fuscum is more asymmetric and smaller in invaded area. 2018. Goczal, J.; Rossa, R.; Nawrocka, A.; Sweeney, J.D.; Tofilski, A. Environmental Entomology 47(4):982-989.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39422

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1093/ee/nvy059

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les invasions biologiques représentent une occasion unique d’acquérir des connaissances sur les processus biologiques fondamentaux associés à l’exposition à de nouvelles conditions. Au cours de leur établissement, les espèces exotiques sont exposées à divers facteurs de stress qui peuvent avoir des répercussions sur leur développement. La présence de facteurs de stress se traduit souvent par une asymétrie entre les côtés gauche et droit du corps, cette asymétrie se divisant en deux composantes principales : l’asymétrie fluctuante et l’asymétrie directionnelle. L’asymétrie fluctuante représente une déviation aléatoire d’un côté du corps par rapport à l’autre, alors que l’asymétrie directionnelle est l’augmentation de la taille d’un caractère particulier de l’un des côtés du corps. La relation entre ces deux types d’asymétrie n’est pas encore bien comprise. Notre objectif était d’évaluer les divergences potentielles des profils d’asymétrie entre des populations indigènes et introduites de Tetropium fuscum (Fabr. 1787) (Coleoptera: Cerambycidae), ravageur forestier indigène d’Europe qui a été introduit en Amérique. Nous avons évalué l’asymétrie des ailes d’après les caractères morphométriques géométriques des ailes postérieures. Nous avons constaté que les spécimens provenant des zones où l’espèce a été introduite étaient nettement plus petits que les individus des populations indigènes et que l’asymétrie de leurs ailes était plus marquée, ce qui laisse croire que certaines conditions sont défavorables dans la zone d’introduction. En outre, une asymétrie directionnelle considérable a été observée dans la population indigène, ce qui n’a pas été le cas dans la population introduite. En revanche, les différences entre les ailes postérieures gauche et droite étaient semblables chez les deux populations, en ce qui a trait à la direction. Cette observation donne à penser qu’un degré élevé d’asymétrie fluctuante chez la population introduite pourrait estomper l’asymétrie directionnelle intrinsèque et nuire à sa détection. Nos données indiquent que l’asymétrie fluctuante pourrait constituer un indicateur de stress en cours de développement chez les espèces envahissantes.

Résumé en langage clair et simple

Les insectes, tout comme les humains, présentent une symétrie bilatérale, c’est-à-dire que les deux côtés de leur corps sont pratiquement identiques. Cependant, dans certaines populations d’insectes, des individus peuvent présenter des différences entre les deux côtés de leur corps (par exemple l’aile gauche plus longue que la droite), phénomène nommé asymétrie, et le degré d’asymétrie peut être un indicateur de la présence de stress en cours de développement dans la population. Nous avons comparé le degré d’asymétrie entre deux populations de longicorne brun de l’épinette (Tetropium fuscum), soit la population indigène d’Europe et la population envahissante qui s’est établie en Nouvelle-Écosse depuis au moins 1990. Les individus provenant de Nouvelle-Écosse étaient plus petits que ceux d’Europe et l’asymétrie de leurs ailes était plus marquée, mais on ignore si ces différences sont attribuables à un stress en cours de développement, à l’adaptation à un nouvel environnement ou à un caractère hérité de la population fondatrice de T. fuscum introduite en Nouvelle-Écosse depuis l’Europe.