Publications du Service canadien des forêts

Plant Litter Type Dictates Microbial Communities Responsible for Greenhouse Gas Production in Amended Lake Sediments. 2018. Yakimovich, K.M.; Emilson, E.J.S.; Carson, M.A.; Tanentzap, A.J.; Basiliko, N.; Mykytczuk, N.C.S. Frontiers in Microbiology 9: 2662.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39394

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.3389/fmicb.2018.02662.

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les communautés microbiennes des sédiments lacustres jouent un rôle essentiel dans le cycle du carbone, reliant les lacs aux écosystèmes voisins, sources des alimentations organiques, et au système climatique mondial grâce aux émissions de gaz à effet de serre. Nous avons ici modifié les sédiments lacustres avec trois couches de feuilles mortes de plantes différentes : un mélange forestier de conifères, un mélange forestier de feuillus et des massettes (typha latifolia). Nous avons ensuite examiné la structure communautaire, le nombre de bactéries, de champignons et de méthanogènes. Nous avons trouvé des concentrations de polyphénols corrélées aux modifications faites dans les communautés de bactéries, de méthanogènes et de champignons. L’augmentation des concentrations de polyphénols a mené à un nombre de champignons particulièrement élevé par rapport aux bactéries, ce qui correspondait aux augmentations de moisissures ligninolytiques de la phlébie spp. De plus, nous avons observé un changement dans les ordres dominants de bactéries fermentatives lorsque les concentrations de polyphénols augmentaient, et des différences dans les groupes de méthanogènes dominants, avec une production élevée de CH4 fortement liée aux groupes généraux de méthanogènes découverts dans de faibles concentrations de polyphénols. Tout en servant de base à de prochaines études, notre étude apporte un éclairage sur la façon dont la modification des forêts et des communautés de plantes de terres humides peut se répercuter sur les communautés microbiennes anaérobiques et leurs processus dans les sédiments lacustres, et pourrait modifier l’existence du carbone terrestre pénétrant dans les eaux intérieures.

Dernière mise à jour :