Publications du Service canadien des forêts

Factors affecting Velcro-covered balls when used as a sampling device for wool of Adelges tsugae (Hemiptera: Adelgidae). 2019. Fidgen, J.G.; Fournier, R.E.; Whitmore, M.C.; MacQuarrie, C.J.K.; Turgeon, J.J. The Canadian Entomologist: https://www.doi.org/10.4039/tce.2018.50.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39393

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2018.50

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Dans cet article, nous avons mis à l’essai un dispositif visant à prélever la laine produite par le puceron lanigère de la pruche non indigène durant un échantillonnage. Ce dispositif consiste en une balle de racquetball recouverte de Velcro® et remplie de perles de bois larguée à l’aide d’un lance-pierre. Nous avons évalué ce dispositif balistique, la mesure dans laquelle il peut prélever la laine durant son vol et à son atterrissage et la mesure dans laquelle elle peut perdre ou retenir la laine captée lors du vol et de l’atterrissage. Nous avons également comparé cette technique aux méthodes de relevé visuel, de prélèvement avec un manche d’échenilloir et d’escalade des arbres. Ce dispositif est en mesure de prélever un échantillon à la cime de grands arbres (30 m) par rapport aux relevés opérationnels axés sur le feuillage situé à 3 m du sol. Nous avons remarqué que le dispositif est plus susceptible de prélever la laine lorsque la balle traverse la cime de l’arbre. Bien que la laine piégée par le Velcro® de la balle devrait demeurer sur cette dernière lors du vol et de l’atterrissage, veillez à faire preuve de prudence lors des prélèvements effectués à proximité de l’eau ou de la boue, puisque l’atterrissage sur ces surfaces peut masquer la laine prélevée par la balle. Cette technique de prélèvement à l’aide d’une balle est plus efficace que les relevés visuels et l’escalade d’arbres, et est semblable au prélèvement avec un manche d’échenilloir. En effet, de nombreuses infestations du puceron lanigère de la pruche étaient situées sur la partie extérieure de la cime médiane et supérieure. Le taux de faux négatifs de cette technique est relativement faible (15 %). Ce travail a une incidence sur les relevés de détection du puceron lanigère de la pruche, puisqu’il permet d’analyser l’ensemble de la cime, améliorant ainsi la détection précoce de ce parasite exotique.

Dernière mise à jour :