Publications du Service canadien des forêts

Managing conservation values and tree performance: lessons learned from 10 year experiments in regenerating eastern white pine (Pinus strobus L.). 2018. Santala, K.; Aubin, I.; Hoepting, M.; Bachand, M.; Pitt, D. Forest Ecology and Management 432: 748-760.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39377

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.foreco.2018.09.038

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Une pratique forestière courante après la récolte consiste à lutter contre la végétation qui pourrait concurrencer les arbres plantés, mais elle suscite des préoccupations au sujet de ses répercussions négatives sur la diversité des plantes de sous-bois. Ces plantes peuvent constituer un bon indicateur de la reprise de la végétation après la récolte forestière. Pour étudier cette question, nous avons comparé la croissance du pin blanc et la diversité des plantes de sous-bois dans le cadre de plusieurs traitements de lutte contre la concurrence végétale sur la décennie suivant la plantation au sein de deux systèmes forestiers de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick : la coupe à blanc (coupe de tous les arbres de la canopée) et la coupe progressive (conservation d’une portion des arbres de la canopée). Les traitements comprenaient la lutte unique contre les plantes concurrentes ligneuses ou non ligneuses, ou contre les deux réunies sur des périodes de temps différentes. Sur les sites de coupe progressive, les parcelles recevant un traitement annuel de lutte contre la concurrence végétale sur un an ou quatre ans présentaient une bonne croissance du pin blanc et tendaient à accueillir davantage de plantes typiques des forêts adultes. La lutte unique contre les plantes concurrentes ligneuses ou non ligneuses a permis aux plantes concurrentes de dominer ces traitements. Le site de coupe à blanc accueillait généralement une végétation concurrente plus importante. Nos conclusions suggèrent qu’un équilibre peut être trouvé entre les multiples objectifs de gestion. Dans le cas du pin blanc, il est probable que la lutte anticipée contre la concurrence végétale et la conservation d’une portion de la canopée forestière soient nécessaires pour (1) favoriser la survie et la croissance du pin blanc; et (2) préserver la diversité des plantes de sous-bois.