Publications du Service canadien des forêts

Temporal dynamics in animal community assembly during post-logging succession in boreal forest. 2018. Le Borgne, H.; Hébert, C.; Dupuch, A.; Bichet, O.; Pinaud, D.; Fortin, D. PLoS ONE 13(9): e0204445.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39338

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1371/journal.pone.0204445

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les assemblages d’espèces peuvent résulter de processus déterministes, comme la différenciation de niche et les interactions interspécifiques, et de processus stochastiques, tels que les colonisations aléatoires et les extinctions. Les changements qui s’opèrent dans des communautés animales à la suite de perturbations ont été largement examinés; toutefois, il existe peu d’études portant sur les mécanismes de structuration des communautés durant la succession écologique. Nous avons évalué l’incidence de l’exploitation forestière sur les assemblages de petits mammifères et de coléoptères dans des paysages dominés par des forêts boréales anciennes. Nos objectifs étaient 1) de caractériser les variations au sein des communautés au cours des 66 premières années de succession forestière suivant la dernière coupe, 2) de déterminer s’il existe des modèles non aléatoires de cooccurrence d’espèces (processus déterministes) et 3) s’il en existe, d’établir si les cooccurrences non aléatoires dépendent davantage d’attributs de l’habitat ou d’interactions interspécifiques. Nous avons capturé des petits mammifères et des coléoptères le long d’un gradient de succession forestière (de 5 à 66 ans) et dans des forêts anciennes, puis nous avons caractérisé les principaux attributs de la végétation. Premièrement, nous avons vérifié si la composition des communautés dans les peuplements coupés à blanc il y a 66 ans était semblable à celle des peuplements naturels. Ensuite, nous avons utilisé des modèles nuls, qui étaient limités par des attributs d’habitat ou non, afin de répondre aux deux derniers objectifs et pour distinguer les effets des attributs de la végétation des interactions interspécifiques sur l’assemblage des communautés. Nos résultats ont révélé des différences dans les assemblages de coléoptères dans les peuplements en succession écologique de 21 à 30 ans par rapport à ceux de forêts anciennes. En revanche, la coupe n’a eu aucune incidence sur la composition des communautés de petits mammifères. Dans l’ensemble, nos résultats suggèrent que l’assemblage des communautés au cours de la succession forestière dépend à la fois de processus stochastiques et déterministes, ces derniers étant davantage liés aux interactions interspécifiques qu’aux attributs de la végétation.