Publications du Service canadien des forêts

Feasting on terrestrial organic matter: Dining in a dark lake changes microbial decomposition. 2018. Fitch, A.; Orland, C.; Willer, D.; Emilson, E.J.S.; Tanentzap, A.J. Global Change Biology: https://doi.org/10.1111/gcb.14391.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39335

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/gcb.14391

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les lacs boréaux sont d’importants contributeurs au cycle planétaire du carbone, en partie grâce à la dissolution de matière organique forestière (MO forestière). La capacité des bactéries à dissoudre et altérer la MO forestière peut dépendre des caractéristiques environnementales et de la composition communautaire. Cependant, le lien entre ces deux facteurs de décomposition potentiels est mal compris. Nous avons étudié la façon dont l’activité bactérienne a évolué en fonction de variations expérimentales de la qualité et la quantité de MO forestière dans deux petits lacs boréaux : un avec de l’eau opaque en raison du carbone forestier, et un autre lac d’eau transparente avec peu de carbone forestier. Nous avons remarqué que la production et l’activité des bactéries était différente entre les deux lacs car les communautés bactériennes résidentes étaient différemment adaptées à l’utilisation de MO forestière. Le résultat était que dans le lac opaque, le carbone a été filtré dans la biomasse bactérienne, tandis que dans le lac transparent, le carbone a été émis sous forme de dioxyde de carbone (gaz à effet de serre). Nos résultats suggèrent que les changements s’apports de MO forestière dans les lacs entraînent différents effets sur le cycle du carbone en fonction du potentiel de photodégradation de la MO et de la composition des communautés bactériennes résidentes. Cela implique qu’il faut tenir compte de la gestion du carbone dans l’aménagement forestier, tout comme les conditions de l’eau hôte (lac, ruisseau) doivent être prises en compte dans les approches de gestion. Cela suggère que les changements d’apport de MO forestière liés aux changements climatiques entraîneront une réaction différente en fonction des conditions de l’eau hôte.

Dernière mise à jour :