Publications du Service canadien des forêts

Does time since fire drive live aboveground biomass and stand structure in low fire activity boreal forests? Impacts on their management. 2018. Portier, J.; Gauthier, S.; Cyr, G.; Bergeron, Y. J. Environ. Manag. 225: 346-355.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39260

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans cette étude, les chercheurs ont caractérisé la forêt boréale de la région de la rivière Romaine sur la Côte-Nord, au Québec, en termes de biomasse aérienne vivante, de volume marchand, de structure et de composition des peuplements. Ils ont aussi étudié les relations entre ces attributs et le temps écoulé depuis le dernier feu de forêt. Cette région a récemment été ouverte au développement économique de l’énergie hydroélectrique et de l’exploitation forestière.

La biomasse aérienne vivante moyenne et le volume marchand ont montré des valeurs semblables à celles des forêts boréales commerciales. Ces deux attributs ont augmenté jusqu'à environ 150 ans après le feu et ont ensuite commencé à décliner. Cependant, aucune relation significative n'a été trouvée entre le temps écoulé depuis le feu et la structure ou la composition du peuplement. En effet, ces deux éléments semblaient plutôt dépendre de la productivité des peuplements et des autres perturbations naturelles, comme les épidémies d’insectes ou les chablis.

Dans un contexte d’aménagement forestier, une attention particulière devrait être accordée aux forêts anciennes, qui occupent une grande proportion du territoire, afin de protéger la biodiversité et les fonctions écologiques de ces forêts. De plus, les perturbations autres que le feu devraient être suivies, car elles semblent être un important facteur de la dynamique forestière. Enfin, les fortes quantités de carbone stockées dans ces forêts, résultant des longs cycles de feu dans ces forêts, devraient être prises en compte lors de la réalisation d'activités impliquant l'inondation du territoire ou la récolte de ce carbone.