Publications du Service canadien des forêts

Salvage logging during spruce budworm outbreaks increases defoliation of black spruce regeneration. 2018. Cotton-Gagnon, A.; Simard, M.; De Grandpré, L.; Kneeshaw, D. 2018. For. Ecol. Manag. 430: 421-430.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39250

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

La composition et la productivité futures des forêts dépendent en grande partie de l’abondance et de la vigueur de la régénération préexistante; cependant, peu d’études ont été consacrées aux épidémies de tordeuses des bourgeons de l’épinette (TBE), qui touchent des millions d’hectares de forêt boréale de façon cyclique, et à leur incidence sur ces facteurs déterminants. On a souvent recours à la coupe forestière de récupération à la suite d’une épidémie de TBE pour réduire les pertes économiques, mais une telle mesure pourrait interagir avec l’épidémie et entraîner des effets sur la régénération préexistante. La présente étude a pour objectif de déterminer les effets des épidémies de TBE et de la coupe forestière de récupération sur la défoliation de la régénération préexistante des peuplements mixtes de conifères du nord-est du Canada. Plus précisément, nous avons évalué les effets associés à la hauteur de la régénération, aux espèces qui la constituent (sapin baumier ou épinette noire) et à la composition du couvert forestier sur la défoliation de la régénération préexistante. Nous avons ensuite évalué l’incidence de la coupe de récupération sur la défoliation dans les peuplements à régénération préexistante en comparaison avec les peuplements uniquement touchés par la TBE. Les résultats ont révélé que la hauteur et les espèces de la régénération, la composition du couvert forestier, ainsi que la coupe de récupération ont toutes des effets considérables sur la défoliation et comportent de multiples interactions. Les semis de sapin baumier de grande taille étaient 3 fois plus défoliés que ceux de petite taille, contre 2,3 fois dans le cas de l’épinette noire. Les semis de sapin baumier étaient 15 % plus défoliés que ceux de l’épinette noire. Dans le cas des deux espèces, les semis situés sous un couvert de sapin baumier étaient également plus défoliés (> 50 % de défoliation) comparativement à ceux se trouvant sous des épinettes noires (environ 26 % de défoliation). La coupe de récupération dans des peuplements dominés par l’épinette noire a entraîné une augmentation d’environ 25 % de la défoliation de la régénération d’épinettes noires de grande hauteur (2,5 m) en comparaison avec les sites non exploités. Selon notre hypothèse, ce phénomène est susceptible d’entraîner une augmentation de sapins dans la composition des peuplements dominés par des épinettes, ce qui rendrait les forêts plus vulnérables à de nouvelles épidémies de TBE. Afin de protéger la régénération préexistante de l’épinette en réduisant la défoliation, il conviendrait de retarder l’exploitation de récupération des peuplements dominés par l’épinette jusqu’à ce que l’épidémie se soit calmée. Il serait nécessaire de mener des études à long terme pour déterminer si un changement dans la composition se produit ou non, en particulier dans les peuplements dominés par les épinettes. Par mesure de précaution, il conviendrait de modifier immédiatement les pratiques d’exploitation forestière de récupération afin d’éviter des problèmes potentiels tels que la diminution de l’abondance de l’épinette noire et la vulnérabilité accrue à d’éventuelles épidémies de TBE.

Dernière mise à jour :