Publications du Service canadien des forêts

Untangling methodological and scale considerations in growth and productivity trend estimates of Canada’s forests. Marchand, W.; Girardin, M.P.; Gauthier, S.; Hartmann, H.; Bouriaud, O.; Babst, F.; Bergeron, Y. 2018. Environ. Res. Lett. 13 : 093001.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39245

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1088/1748-9326/aad82a

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

Compte tenu de l’importance économique, sociale et écologique des écosystèmes forestiers du Canada, il devient de plus en plus pertinent d’étudier la réponse de ces écosystèmes au changement climatique. Les décideurs comme les aménagistes des forêts se doivent d’avoir une connaissance précise des trajectoires de croissance en vue de favoriser la durabilité des ressources forestières. Toutefois, les résultats d’analyses antérieures concernant le signe et l’ampleur des tendances ont souvent divergé. L’objectif principal de la présente étude était d’analyser l’état actuel des connaissances scientifiques sur les tendances de croissance et de productivité des forêts du Canada, ainsi que de fournir des éléments explicatifs aux observations divergentes. Les trois méthodes couramment utilisées pour évaluer la croissance des arbres et la productivité des forêts (analyse de données d’inventaire forestier, de séries dendrométriques ou de données satellites) reposent sur des hypothèses physiologiques sous-jacentes et s’appuient sur différentes échelles spatio-temporelles; il est donc difficile d’établir des comparaisons directes entre les valeurs de tendance des différentes études. Dans le cadre de notre revue systématique de 44 études examinées par des pairs, nous avons relevé, dans la moitié des cas, des tendances à la hausse en ce qui concerne la croissance des arbres ou la productivité des forêts, tandis que l’autre moitié des études présentait des tendances négatives. Les biais et les incertitudes associés aux trois méthodes peuvent expliquer certaines des divergences observées. Compte tenu de la complexité des interactions et des rétroactions entre les processus écosystémiques à différentes échelles, les chercheurs devraient considérer les différentes méthodes comme complémentaires plutôt que contradictoires. Dans la présente, nous proposons d’unir les différentes méthodes de manière à créer un cadre qui permettrait de tirer parti de leurs avantages respectifs tout en limitant les biais associés. L’harmonisation des protocoles d’échantillonnage et l’amélioration du traitement et de l’analyse des données permettraient d’obtenir des estimations plus cohérentes des tendances, nous aidant ainsi à mieux comprendre les tendances de croissance et de productivité des forêts en lien avec les changements climatiques. De plus, une culture où l’on valoriserait davantage le partage des données permettrait d’accélérer le progrès dans ce domaine de recherche.