Publications du Service canadien des forêts

Recent fire activity in the boreal eastern interior of North America is below that of the past 2000 yr. 2018. Waito, J.; Girardin, M.P.; Tardif, J.C.; Conciatori, F.; Bergeron, Y.; Ali, A.A. Ecosphere 9: e02287.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39179

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1002/ecs2.2287

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

La forêt boréale de l’Amérique du Nord s’est développée après la dernière glaciation, il y a environ 10 000 ans. Avec le changement climatique et l’augmentation de l’occupation humaine du territoire, un risque de feu accru est anticipé, ce qui pourrait compromettre les bénéfices attendus de la forêt pour les générations futures.

Toutefois, dans cette étude, les chercheurs ont trouvé que pour le siècle dernier, les changements rapides du climat et la densification de l’occupation humaine du territoire avaient eu l’effet inverse dans la zone étudiée (Ontario et Manitoba). D’abord, ils ont observé une réduction de la quantité de bois brûlé depuis 2 500 ans. Cette diminution des feux a brièvement été interrompue au milieu du 19e siècle, qui fut marqué par une forte hausse de l’activité des feux. La quantité de biomasse brûlée a recommencé à diminuer progressivement vers les années 1930, et cette diminution s’accentue depuis. Le niveau de perturbation par le feu est aujourd'hui inférieur au niveau historique, malgré le réchauffement climatique accentué. Le vieillissement du paysage forestier, conséquence de cette diminution des perturbations, pourrait entraîner une perte de biodiversité, notamment chez les espèces adaptées au feu, tout en contribuant à l’émergence de grands incendies au cours des prochaines décennies si aucune mesure n'est prise pour gérer les combustibles.

Pour en arriver à ces résultats, les chercheurs ont reconstruit l’historique des feux en dépouillant des archives (1920-2010) et en analysant les cernes d’arbres (1690-2010) (dendrochronologie) et les sédiments de charbon dans les lacs.

Dernière mise à jour :