Publications du Service canadien des forêts

The contribution of litterfall to net primary production during secondary succession in the boreal forest. Chen, H.Y.H.; Brant, A.; Seedre, M.; Brassard, B.; Taylor, A.R. 2017. Ecosystems 20: 830-844.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39175

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10021-016-0063-2

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

La chute de litière est un processus important dans le cycle des nutriments des écosystèmes forestiers, et elle constitue un élément essentiel de la production primaire nette (PPN) annuelle. Malgré son importance pour comprendre l’énergétique des écosystèmes et comptabiliser le carbone, la dynamique de la chute de litière à la suite de perturbations et au fil de la succession demeure mal comprise dans les écosystèmes de la forêt boréale. D’après une chronoséquence répétée sur 209 ans à la suite d’incendies et de 33 ans à la suite d’activités d’exploitation forestière en Ontario, au Canada, nous avons examiné cette dynamique en fonction du développement des peuplements, de la composition du couvert (feuillus, conifères, forêt mixte) et de l’origine des perturbations. Nous avons constaté que la chute de litière annuelle totale augmentait avec l’âge du peuplement à la suite d’incendies et d’activités d’exploitation forestière, et atteignait un plateau environ 98 ans après l’incendie. Ni la chute de litière annuelle totale ni aucun de ses composants ne différaient entre les peuplements issus d’incendies et les peuplements issus de l’exploitation forestière. La chute de litière était généralement plus élevée dans les peuplements de feuillus que dans les peuplements mixtes et de conifères, mais variait en fonction des saisons, la litière foliaire culminant dans les peuplements de feuillus en automne, et la litière de lichen épiphytique culminant dans les peuplements de conifères au printemps. Contrairement à ce qu’on supposait auparavant, nous avons constaté que la contribution de la chute de litière à la production primaire nette augmentait avec l’âge des peuplements, ce qui souligne l’importance des études de modélisation de la production primaire nette pour tenir compte des effets de l’âge des peuplements sur la dynamique des litières.

Résumé en langage clair et simple

La chute de litière est un processus important dans le cycle des nutriments des écosystèmes forestiers, mais la dynamique de la production de litière à la suite de perturbations et au fil de la succession demeure mal comprise dans la forêt boréale. D’après une chronoséquence répétée sur 209 ans, à la suite d’incendies et d’activités d’exploitation forestière en Ontario, au Canada, nous avons examiné la dynamique de la production de litière. Nous avons constaté que la production de litière annuelle totale augmentait avec l’âge du peuplement à la suite d’incendies et d’activités d’exploitation forestière, et atteignait un plateau environ 98 ans après la perturbation. La production de litière annuelle totale ne différait pas entre les peuplements issus d’incendies et les peuplements issus de l’exploitation. La production de litière était généralement plus élevée dans les peuplements de feuillus que dans les peuplements mixtes et de conifères, mais variait en fonction des saisons. Contrairement aux hypothèses précédentes, nous avons constaté que la contribution de la production de litière à la production primaire nette augmentait avec l’âge des peuplements, ce qui souligne l’importance de ce facteur pour les études de modélisation de la dynamique du carbone des forêts.