Publications du Service canadien des forêts

Neotype designation for Anaphes brevis Walker (Hymenoptera, Mymaridae). 2018. Huber, J. Journal of Hymenoptera Research 63: 51-60.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39167

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3897/jhr.63.24427

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Le présent article sur la taxinomie permet de clarifier l’identité d’une espèce qui n’a jamais été correctement reconnue. Elle ne l’était que grâce à sa très courte description d’origine (le spécimen qui faisait l’objet de la description a été perdu depuis longtemps). Par conséquent, l’espèce n’a jamais été vraiment reconnaissable. L’objectif est de désigner un spécimen type (un nom scientifique d’espèce) pour une espèce de parasitoïde de l’œuf dans un complexe d’espèces semblables qui sont des parasites des œufs des punaises et des curculionidés. Le spécimen a été élevé dans une culture des punaises en laboratoire exploité par le European Parasite Laboratory ARS USDA, non loin du lieu de collecte initiale en France (près de Paris). Il fait l’objet d’une nouvelle brève description, puis est comparé à l’espèce semblable qui se trouve sur les hôtes des curculionidés. Principaux résultats et conclusion. Il est désormais possible d’identifier l’espèce en fonction de réelles preuves plutôt qu’une simple conjecture sur ce qu’elle pourrait être. On peut objectivement la distinguer d’une autre espèce semblable sur des hôtes différents. Conséquence scientifique. Les contrôleurs biologiques ou les écologistes peuvent maintenant utiliser le nom scientifique, A. brevis, dans leurs études des guêpes parasites des punaises.