Publications du Service canadien des forêts

Do visual cues associated with larger diameter trees influence host selection by Tetropium fuscum (Coleoptera: Cerambycidae)? Nelson, T.D.; Sweeney, J.D.; Hillier, N.K. 2017. The Canadian Entomologist 149: 487-490.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39130

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.4039/tce.2017.22

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Le Tetropium fuscum (Fabricius) (Coleoptera: Cerambycidae) est un coléoptère phloéophage qui s’est établi dans la région du Canada atlantique et s’attaque aux épinettes [Picea Dietrich (Pinaceae)] stressées et moribondes. Les arbres colonisés par l’espèce sont généralement de grand diamètre (> 10 cm de diamètre à hauteur de poitrine), mais on ignore si le diamètre a une incidence sur la sélection de l’hôte, sur le développement larvaire ou sur ces deux facteurs. Nous avons voulu vérifier l’hypothèse selon laquelle le T. fuscum sélectionne son hôte en fonction de repères visuels associés au diamètre de l’arbre; pour ce faire, nous avons compté le nombre d’individus adultes qui se sont posés sur 29 Picea rubens Sargent d’un diamètre à hauteur de poitrine de 12,2 à 37,5 cm. Nous avons installé sur tous les arbres des bandes collantes et des appâts (phéromone d’agrégation et composés volatils de l’hôte) de façon à ce que les signaux olfactifs soient uniformes. Nous avons observé des relations positives significatives entre le nombre moyen de T. fuscum par bande collante et le diamètre de l’arbre, ainsi qu’entre l’épaisseur du phloème et le diamètre de l’arbre. Nous en concluons que la corrélation positive entre le diamètre de l’hôte et l’infestation par le T. fuscum est au moins en partie attribuable à l’effet positif du diamètre sur le nombre d’individus se posant sur l’arbre, et que ce phénomène pourrait être bénéfique pour le T. fuscum parce que la quantité de nourriture dont disposent les larves augmente avec l’augmentation du diamètre de l’arbre. Cependant, le diamètre de l’arbre n’avait aucun effet sur le nombre moyen d’adultes par m2 de bande collante, de sorte que rien n’indique que le T. fuscum sélectionne activement les hôtes de grand diamètre en fonction de repères visuels. La relation positive entre le nombre d’individus se posant sur un arbre et le diamètre de celui-ci pourrait simplement être attribuable aux probabilités plus élevées que les individus voyageant de façon aérienne soient passivement interceptés par les grands arbres que par les petits arbres.

Résumé en langage clair et simple

Le longicorne brun de l’épinette (LBE ou BSLB en anglais), Tetropium fuscum, est une espèce envahissante de coléoptère xylophage en provenance d’Europe qui s’attaque aux épinettes soumises à un stress en Nouvelle-Écosse. Des recherches antérieures ont montré que le LBE utilise des signaux chimiques émis par les épinettes pour repérer ses hôtes, et qu’il préfère se déposer et pondre ses œufs sur les arbres malades plutôt que ceux en santé. Il est normal que les longicornes ciblent les arbres malades, puisqu’ils ont une meilleure chance de survie, de l’œuf à l’adulte, dans les arbres malades que dans ceux en santé. L’infestation par le LBE a aussi tendance à être plus fréquente dans les arbres de fort diamètre que dans les arbres plus petits; cependant, on en ignore encore la raison. Il se pourrait que les longicornes privilégient les arbres de fort diamètre quand ils recherchent un arbre hôte ou alors que les arbres de fort diamètre assurent un taux de survie des larves ainsi que le succès de colonisation de l’hôte mieux que ne le feraient des arbres plus petits. Nous avons vérifié l’hypothèse selon laquelle la sélection de l’hôte par le LBE est influencée par le diamètre de l’arbre en procédant au décompte du nombre d’adultes qui se déposent sur des épinettes rouges de divers diamètres. Des bandelettes collantes ont été disposées sur tous les arbres appâtés avec des phéromones d’agrégation et des substances volatiles émises par les épinettes afin de les rendre aussi attirants les uns que les autres quant aux signaux olfactifs de stress. Nous avons constaté une importante relation positive entre le nombre moyen de LBE par bandelette collante et le diamètre de l’arbre ainsi qu’entre l’épaisseur du phloème et le diamètre de l’arbre. Nous en avons conclu que l’association positive entre le diamètre de l’hôte et l’infestation par le LBE était en partie attribuable à un taux d’attaque plus élevé sur les arbres de plus fort diamètre. Il se pourrait que ce soit un comportement d’adaptation puisque les arbres dont le diamètre est plus grand présentent une plus grande réserve de nourriture (phloème plus épais) pour le développement des larves. Cependant, il n’y avait aucun signe indiquant que le LBE choisit activement un arbre en fonction de son diamètre. Lorsque le nombre de LBE se déposant sur les arbres est exprimé en fonction de la superficie (par m2), ce taux n’augmente pas en fonction d’une augmentation du diamètre du tronc. Par conséquent, la relation positive entre le nombre de LBE qui se déposent sur un arbre et le diamètre de l’arbre hôte pourrait découler tout simplement du fait que les probabilités d’intercepter les longicornes en vol (attirés par les substances volatiles émises par les épinettes malades) sont plus grandes si l’arbre a un tronc d’un plus fort diamètre.