Publications du Service canadien des forêts

Incidence of beech bark disease resistance in the eastern Acadian forest of North America. Taylor, A.R.; McPhee, D.A.; Loo, J.A. 2013. The Forestry Chronicle 89(5): 690-695.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39126

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.5558/tfc2013-122

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

La maladie corticale du hêtre est une maladie mortelle qui s’attaque au hêtre à grandes feuilles (Fagus grandifolia Ehrh.) en Amérique du Nord. Bien qu’il existe des cas de résistance naturelle à la maladie corticale du hêtre, les données varient en ce qui concerne l’incidence de cette résistance, mais la plupart des sources s’entendent sur un taux de résistance de 1 %. Cet article contient la première estimation officielle et empirique de la résistance à la maladie corticale du hêtre dans une vaste zone géographique où la présence de la maladie est la plus ancienne en Amérique du Nord. Notre étude a porté sur la forêt acadienne dans l’est du Canada. On a étudié trente-cinq peuplements (> 5 ha chacun) dominés par des hêtres un peu partout dans les provinces du Nouveau- Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, dont la période de temps écoulée depuis l’infection remonte à entre 1890 et 1975. On a parcouru les peuplements à la recherche de hêtres indemnes (non touchés par la maladie). Selon nos observations, dans toute la zone étudiée, le taux moyen d’arbres indemnes était de 3,3 %. Cependant, l’incidence d’arbres indemnes était très variable selon l’endroit. Dans la zone d’infection la plus ancienne et la plus au sud, le taux d’arbres indemnes était de 2,2 %, tandis que dans la zone où l’infection était la plus récente et qui était située la plus au nord, le taux d’arbres non touchés était de 5,7 %. Bien que la variation géographique des hêtres indemnes pourrait être liée à la durée de la période pendant laquelle les arbres ont été exposés à la maladie, nous avançons comme hypothèse que les températures hivernales plus basses et une exploitation moins intense des terres au fil du temps sont les facteurs qui expliquent le pourcentage plus élevé de hêtres indemnes que nous avons constaté dans les zones les plus au nord. Il faudra cependant mener d’autres études pour confirmer ces hypothèses. Nous prévoyons que nos estimations sur la résistance à la maladie corticale du hêtre seront utiles pour les gestionnaires de ressources naturelles qui cherchent à rétablir le règne du hêtre dans l’ensemble de son aire de répartition naturelle.

Résumé en langage clair et simple

Cette étude vise à examiner la prévalence des hêtres (Fagus grandifolia) résistants à la maladie corticale du hêtre dans la forêt acadienne de l’est du Canada. En examinant un échantillon de 35 peuplements dominés par le hêtre provenant de l’ensemble des provinces maritimes du Canada (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard), l’étude a révélé qu’environ 3,3 % des hêtres échantillonnés ne présentaient aucun signe de la maladie corticale du hêtre, ce qui indique une certaine résistance. Cependant, le taux d’infection variait d’un lieu à l’autre, ce qui laisse croire à une influence du temps d’exposition à la maladie, du climat et de l’historique de l’utilisation des terres.