Publications du Service canadien des forêts

Wildfire‐mediated vegetation change in boreal forests of Alberta, Canada. 2018. Stralberg, D.; Wang, X.; Parisien, M.-A.; Robinne, F.-N.; Sólymos, P.; Mahon, C.L.; Nielsen, S.E.; Bayne, E.M. Ecosphere 9(3): e2156.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39097

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1002/ecs2.2156

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les changements de la végétation causés par le climat peuvent être retardés en l’absence de catalyseur de perturbation. Toutefois, dans la région boréale occidentale, une augmentation de l’activité des feux de végétation peut accélérer ces transitions. Afin de mieux comprendre les facteurs qui influencent les changements de la végétation en hautes terres sur une échelle décadaire, nous avons élaboré une approche de modélisation hybride fondée sur des projections restreintes de façon topoédaphique des changements de la végétation dus au climat, associée à des simulations de futurs feux de végétation basées sur les conditions météorologiques et le combustible en utilisant le modèle de simulation spatial des feux Burn-P3. Nous avons évalué dix-huit scénarios fondés sur toutes les combinaisons possibles de trois hypothèses de combustibles (statique, favorisé par le feu et causé par le climat), deux hypothèses de régime de feux (limité et illimité), et trois modèles climatiques à l’échelle mondiale. Nous avons simulé des scénarios de changements dans la composition des forêts favorisés par le feu au cours du siècle à venir. Nous avons conclu que, même selon des hypothèses conservatrices concernant les futurs régimes de feu, l’activité des feux de végétation pourrait être suffisante pour permettre la transformation d’environ la moitié des forêts mixtes de hautes terres et des forêts de conifères de l’Alberta en terres boisées de feuillus et en prairies mieux adaptées au climat d’ici 2100. Nos simulations spatiales de changements de la végétation favorisés par le feu fournissent aux gestionnaires des scénarios qu’ils peuvent utiliser pour prévoir un éventail de conditions de paysage différentes.