Publications du Service canadien des forêts

Long-term effects of biomass removal on soil mesofaunal communities in northeastern Ontario (Canada) jack pine (Pinus banksiana) stands. 2018. Rousseau, L.; Venier, L.; Fleming, R.L.; Hazlett, P.W.; Morris, D.; Handa, I.T. Forest Ecology and Management: https://doi.org/10.1016/j.foreco.2018.02.017.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39080

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.foreco.2018.02.017.

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Dans les forêts boréales canadiennes, on observe une augmentation des coupes de la biomasse ligneuse destinée à servir de source de bioénergie. Des questions se posent quant à la durabilité environnementale de ces pratiques. Notre étude vise à évaluer la façon dont les communautés mésofaunes de la couverture morte réagissent à un gradient d’intensité accru du retrait de la biomasse et de la perturbation des sols dans une forêt de Pinus banksiana dans le nord-est de l’Ontario. Cinq traitements expérimentaux ont été effectués et ont concerné un peuplement témoin de pins gris matures (aucune coupe récente) et la coupe de tiges uniquement, d’arbres entiers (tiges, cimes et branches), d’arbres entiers avec retrait de la souche et enfin d’arbres entiers avec retrait de la souche et de la couverture morte (couche organique). Deux ans après le traitement, nous avons comparé la structure des communautés de Collembola et d’Oribatida présents dans des échantillons de mousse, de sol organique et de sol minéral qui suivent ce gradient. On a observé une réduction importante de l’abondance des deux taxons et de la diversité des espèces, et de plus grandes différenciations pétrographiques en réaction au retrait de la biomasse par rapport à des peuplements matures non coupés. Ces différences apparaissaient particulièrement dans les traitements de retrait les plus forts. Nous pensons que cela est dû à la disparition importante des espèces de surface après la coupe et qui suivent le gradient de retrait de la biomasse, en particulier dans les communautés de Collembola, sans doute causée par la disparition de microhabitats favorables fournis par la mousse et les résidus de bois.

Dernière mise à jour :