Publications du Service canadien des forêts

Transcriptional analysis of the putative glycosyltransferase gene (amv248) of the Amsacta moorei entomopoxvirus. 2018. Inan, C.; Muratoglu, H.; Arif, B.M.; Demirbag, Z.Virus Research 243: 25-30.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39032

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.virusres.2017.10.006

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Nous avons mené des recherches sur le virus Amsacta moorei entomopoxvirus (AmEPV), initialement isolé à partir de larves de la chenille velue rouge et actuellement membre le plus étudié du genre Betaentomopoxvirus. Les entomopoxvirus appartiennent à la famille des poxvirus, Poxviridae, qui comprend le virus de la variole, responsable de millions de morts à travers le monde avant son éradication en 1977. Ils peuvent infecter les vertébrés (sous-famille Chordopoxvirinae) et les invertébrés (sous-famille Entomopoxvirinae). Afin de comprendre les mécanismes moléculaires de la réplication virale de l’AmEPV (sous-famille Entomopoxvirinae), plusieurs gènes ont été étudiés. Les données recueillies suggèrent que le gène AMV248 code une protéine de glycosyltransférase putative similaire à la protéine d’attachement H3 du virus de la vaccine, à savoir le principe actif viral du vaccin contre la variole, et joue un rôle important dans l’initiation de la réplication virale. L’étude actuelle portait sur la transcription du gène AMV248 et l’identification de sa classe temporelle, ainsi que sur des recherches relatives aux régions non traduites (UTR) 3′ et 5′ de l’ARNm et à la région promotrice.

Dernière mise à jour :