Publications du Service canadien des forêts

La mérule pleureuse, Serpula lacrymans : revue de la situation historique et des interventions possibles. 2017. DesRochers, P.; Huppé, V.; Leclerc, J.-M.; Chevalier, P. Phytoprotection 97(1): 44–53.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 38982

Langue : Français

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.7202/1046726ar

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

À la suite de la médiatisation de cas récents de contamination domiciliaire par la mérule pleureuse, Serpula lacrymans, nous examinons la prévalence historique de celle-ci au Canada à partir de données provenant des herbiers mycologiques et des collections de cultures de Ressources naturelles Canada en comparaison avec celle rapportée en Europe et aux États-Unis. À partir des connaissances développées en Europe sur la mérule, nous décrivons sa biologie, sa détection, la prévention de sa contamination et la restauration des bâtiments affectés dans le contexte réglementaire québécois et canadien.

Résumé en langage clair et simple

Dans cette étude, les chercheurs examinent l’historique de la présence de la mérule pleureuse, Serpula lacrymans, au Canada et proposent des interventions pour contrer ce champignon. Celui-ci se nourrit de bois et se retrouve presque exclusivement dans les bâtiments où il est un agent important de dégradation. Il est considéré comme étant le plus destructeur et le plus difficilement contrôlable des champignons qui se retrouvent dans les bâtiments.

Pour réaliser ces travaux, les chercheurs ont utilisé les données provenant des herbiers mycologiques et des collections de cultures de Ressources naturelles Canada et les ont comparés avec celles de l’Europe et des États-Unis. À partir des connaissances développées en Europe sur la mérule, ils ont pu décrire sa biologie, sa détection, la prévention de contamination par celle-ci et la restauration des bâtiments affectés dans le contexte réglementaire québécois et canadien.

Dernière mise à jour :