Publications du Service canadien des forêts

Germination and early growth of boreal understory plants on 3 reclamation soil types under simulated drought conditions. 2017. Pinno, B.D.; Li, E.H.Y.; Khadka, B.; Schoonmaker, A. Native Plants Journal 18(2):92-105.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 38901

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.3368/npj.18.2.92

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

La remise en état des terres forestières, effectuée à la suite d’activités industrielles comme l’extraction du pétrole ou l’extraction de gaz, nécessite le rétablissement d’écosystèmes durables, composés d’espèces de plantes indigènes. Cette étude, réalisée en serre, avait pour but d’aider les personnes engagées dans la remise en état d’un terrain à choisir des graines de plantes indigènes ayant la capacité de pousser dans les sols et s’adapter au climat typique du site restauré. L’étude a rapporté la germination et la croissance précoce de trois espèces communes de plantes indigènes (l’élyme velu, l’épilobe à feuilles étroites et la verge d’or) vivant dans le sous-étage (la végétation située sous le couvert forestier). La croissance de ces espèces a été testée dans les différents types de sols et selon les niveaux d’arrosage caractéristiques des sites en régénération. La germination des trois espèces s’est produite uniquement lorsqu’un taux standard, donc élevé, d’humidité a été maintenu et elle n’a pas eu lieu lorsque l’arrosage était restreint. Les semis ont fourni plus de biomasse à la suite d’un arrosage accru pour toutes les espèces et tous les types de sols. Néanmoins, l’augmentation de la croissance attribuée à l’arrosage était limitée pour certains types de sols en raison d’un apport réduit en nutriments. Les espèces ayant les plus grandes possibilités de croissance étaient également les espèces les plus sensibles à la sécheresse. Ces résultats peuvent être utilisés afin d’aider à choisir et à utiliser les mélanges de graines indigènes appropriés pour la régénération des sites.

Dernière mise à jour :