Publications du Service canadien des forêts

Uncertainty of inventory-based estimates of the carbon dynamics of Canada's managed forest (1990-2014). 2017. Metsaranta, J.M.; Shaw, C.H.; Kurz, W.A.; Boisvenue, C.; Morken, S. Canadian Journal of Forest Research 47(8):1082-1094.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 38890

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2017-0088

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Le Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts (SNSCPRCF) quantifie les changements dans les stocks de carbone (C) ainsi que les émissions et absorptions de gaz à effet de serre (GES) des forêts aménagées du Canada pour s’acquitter de l’obligation en matière de production de rapports dans le cadre des conventions internationales sur le climat. Les pays ont aussi l’obligation d’évaluer l’incertitude associée a` ces estimations que nous rapportons dans cet article. Nous avons utilisé une simulation de Monte Carlo pour quantifier l’incertitude des stocks et des flux de carbone à partir du modèle du bilan du carbone du secteur forestier canadien (MBC-SFC3), le modèle d’écosystème à la base du SNSCPRCF. Nous avons évalué les impacts des algorithmes, des paramètres et des données d’entrée du modèle servant à décrire les caractéristiques et les taux de perturbation de la forêt. En fonction de nos hypothèses, l’étendue de l’intervalle de confiance à 95 % atteignait en moyenne 16,2 Pg C (+8,3 et –7,9 Pg C, ou ±15 %) pour le stock total de C de l’écosystème et 32,2 Tg C·an−1 (+16,6 et –15,6 Tg C·an−1) pour la production nette du biome relativement à une valeur médiane de –0,8 Tg C·an−1 pour les simulations de 1990 à 2014. Les plus importantes sources d’incertitude étaient reliées aux facteurs qui déterminent l’accroissement de la biomasse et aux paramètres utilisés pour modéliser la dynamique du C dans le sol et la matière organique morte. Les opportunités de réduire l’incertitude et les défis que cela représente pour la recherche sont identifiés.

Résumé en langage clair et simple

Cet article calcule l’incertitude statistique dans des estimations de la quantité de carbone de la forêt aménagée du Canada. Il montre aussi combien cette incertitude a changé chaque année entre 1990 et 2014, selon les calculs du Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts du Canada. Toutes les estimations statistiques présentent un degré d’incertitude, mais cela doit être bien expliqué parce que les gens ont tendance à mal interpréter l’incertitude. Ce rapport décrit les différents facteurs qui causent l’incertitude, calcule le résultat de tous ces facteurs réunis et explique pourquoi il est difficile d’arriver à une zone ou à un « intervalle de confiance » pour l’estimation. Cet article est important parce que l’intervalle de confiance pour les projections à partir de modèles de forêt est rarement calculé, et c’est une des premières fois que quelqu’un tente de le faire. Des modèles sont souvent utilisés pour décider de la voie à suivre, et nous pourrions faire de mauvais choix si nous ne connaissions pas les incertitudes. Des accords internationaux sur la lutte contre le changement climatique donnent sérieusement à penser que les modèles utilisés pour calculer la quantité de carbone dans les forêts sont plus transparents à propos de la façon dont ils font leurs calculs et dont ils expliquent l’incertitude. Cet article montre que le Canada veut vraiment aller au bout de cette idée.