Publications du Service canadien des forêts

Riparian partial harvesting and upland clearcutting alter bird communities in a boreal mixedwood forest. 2017. Holmes, S.; McIlwrick, K.; Kreutizweiser, D.; Venier, L. Forests 8:1-16.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 38297

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.3390/f8050141

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les bandes tampons forestières sont généralement prescrites près des plans d’eau au cours des opérations d’exploitation forestière afin de réduire les effets sur les communautés aquatiques et de préserver l’habitat des poissons et de la faune. Certains ont affirmé que l’application systématique de ces bandes tampons dans la forêt boréale entraîne la création d’une distribution non naturelle d’agencements linéaires des forêts plus anciennes, ce qui n’est pas cohérent avec l’actuel paradigme d’émulation des perturbations naturelles. Nous avons réalisé une expérience de manipulation sur plusieurs années, contrôlée dans l’espace et le temps, visant à étudier les répercussions à court terme sur les oiseaux forestiers nicheurs et migrateurs d’une autre pratique de coupe partielle dans les zones riveraines et de coupe à blanc dans les hautes terres. Les effets sur la composition de la communauté d’oiseaux nicheurs ont été évalués à l’aide d’une méthode modifiée de comptage de points. Les effets de la coupe sur l’utilisation de l’habitat au cours de la migration d’automne ont été évalués à l’aide de filets de capture. Les communautés d’oiseaux nicheurs ont considérablement changé après la coupe, mais les communautés riveraines se différenciaient moins des populations d’avant la coupe que les communautés des hautes terres. Les populations d’espèces pionnières et de bordure ont augmenté après la coupe et les populations d’espèces dépendant de la forêt ont diminué. Les déclins de populations ont eu tendance à être moins importants dans les zones riveraines où la coupe partielle a été pratiquée que dans les hautes terres où la coupe à blanc a été pratiquée. Les taux de capture et les habitudes de déplacement des espèces migrant à l’automne n’ont pas été touchés par la coupe partielle dans les zones riveraines, mais les prises de parulines obscures (oreothlypis peregrina), de parulines à joues grises (oreothlypis ruficapilla), de parulines à couronne rousse de l’ouest (setophaga palmarum palmarum) et de parulines à croupion jaune (setophaga coronata) ont augmenté après les coupes à blanc dans les hautes terres. Nos résultats suggèrent que la coupe partielle dans les réserves riveraines peut représenter un choix de gestion viable adapté aux besoins des oiseaux dépendant de la forêt.

Dernière mise à jour :