Publications du Service canadien des forêts

A cost analysis of bioenergy-generated ash disposal options in Canada. 2017. Hope, E.; McKenney, D.W.; Allen, D.J.; Pedlar, J.H. Canadian Journal of Forest Research 47(9):1222-1231.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 38290

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2016-0524

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La combustion du bois pour la production de bioénergie produit d’importantes quantités de résidus de cendres qui doivent être éliminés. Nous avons élaboré un modèle de coûts visant à évaluer les coûts unitaires de trois méthodes d’élimination des cendres dans le contexte canadien : les sites d’enfouissement détenus et exploités par l’installation de production de bioénergie, les sites d’enfouissement municipaux et l’épandage sur des sites forestiers. Le modèle prend en compte les coûts liés au traitement préalable, au transport et à l’élimination des cendres sur un site d’enfouissement ou forestier. On a attribué des distributions adaptées aux valeurs de paramètre du modèle (basées sur de la documentation publiée et des études de l’industrie) et on a procédé à des simulations selon la méthode de Monte-Carlo pour obtenir un ensemble de résultats pour chaque méthode d’élimination des cendres. Les résultats indiquent que les sites d’enfouissement existants (le cas échéant, pour l’élimination des cendres) sont probablement la solution la plus rentable (valeur médiane de 77 $/tonne), bien que l’épandage de la cendre sur un site forestier coûte seulement 15 à 20 % de plus environ (valeur médiane de 92 $/tonne). Les estimations des coûts unitaires des différentes solutions d’élimination coïncident considérablement. Cela suggère qu’une étude approfondie des circonstances propres à chaque situation est hautement recommandée lors de la sélection d’une méthode d’élimination, même sans prendre en compte les avantages potentiels pour l’environnement liés à l’épandage de la cendre sur un site forestier.