Publications du Service canadien des forêts

Romul_Hum—A model of soil organic matter formation coupling with soil biota activity. II. Parameterisation of the soil food web biota activity. 2016. Chertov, O.; Komarov, A.; Shaw, C.; Bykhovets, S.; Frolov, P.; Shanin, V.; Grabarnik, P.; Priputina, I.; Zubkova, E.; Shashkov, M. Ecological Modelling 345(2017):125-139.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 37804

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.ecolmodel.2016.10.024

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les modèles informatiques sur la matière organique du sol (MOS) sont utilisés, seuls ou avec des modèles informatiques sur l’écosystème, pour calculer la quantité de carbone (C) dans le sol et la quantité de carbone libérée par le sol dans l’atmosphère comme le dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre. Il est important de développer de nouveaux modèles de MOS pour les forêts parce que nous en savons moins sur le stockage et les changements de concentration de carbone dans les sols que sur le même processus dans les arbres. La plupart des modèles de MOS utilisent uniquement l’activité des bactéries pour modéliser les pertes de carbone du sol vers l’atmosphère sous forme de dioxyde de carbone et ils ne modélisent pas les processus de formation de MOS. Cependant, les champignons et la faune du sol sont également importants pour ces processus, en particulier dans les écosystèmes forestiers. Nous avons combiné des décennies de données scientifiques sur les réseaux trophiques du sol (relations prédateur-proie), le développement de l’horizon organique du sol et la formation de MOS pour créer un modèle des effets des bactéries, des champignons et d’une certaine faune du sol sur la formation de MOS. Ce modèle est plus efficace que les autres modèles dans la représentation des processus de MOS qui sont particulièrement importants pour les écosystèmes forestiers. Il peut être utilisé pour examiner le rôle de la faune du sol dans le stockage de carbone dans divers écosystèmes et pour décrire les relations entre la diversité des êtres vivants du sol et le stockage du carbone dans les écosystèmes.