Publications du Service canadien des forêts

Development of Height-Volume Relationships in Second Growth Abies grandis for Use with Aerial LiDAR. 2016. Tinkham, W.T.; Smith, A.M.S.; Affleck, D.L.R.; Saralecos, J.D.; Falkowski, M.J.; Hoffman,C.M.; Hudak, A.T.; Wulder, M.A. Canadian Journal of Remote Sensing, 42:400–410,

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 37644

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1080/07038992.2016.1232587

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

D’après les protocoles d'inventaire forestier typiques, les estimations des volumes individuels des arbres sont généralement dérivées de l’allométrie basée sur le diamètre à hauteur de poitrine diameter-at-breast-height (DBH). Bien qu'efficace, la mesure du DBH demande beaucoup de temps et est potentiellement couteuse dans les inventaires forestiers. La capacité du LiDAR à fournir des informations à l’échelle de l’arbre individuel offre des options pour l’estimation des attributs à l’échelle de l’arbre pour améliorer le contenu d'information des inventaires. Le LiDAR offre d'excellentes mesures de hauteur et, étant donné les relations physiologiques entre la hauteur et le volume des arbres, l’utilisation des relations hauteur-volume pour chaque arbre pourrait surmonter les erreurs associées à l'étape intermédiaire d’inférer DBH à partir du LiDAR. Dans cette étude, 60 Abies grandis (sapin géant: 6 cm–64 cm DBH) ont été échantillonnés de façon destructive pour évaluer le volume des tiges à travers l’Intermountain West pour développer des relations entre la hauteur des arbres individuels et le volume des tiges. Les résultats montrent que le DBH (r2 > 0,98) et la hauteur (r2 > 0,94) sont significativement (p < 0,001) liés au volume des tiges par des relations en loi de puissance. Les hauteurs dérivées par LiDAR ont fourni une amélioration de 12 % de la RMSE de la précision des volumes individuels des arbres par rapport aux estimations du DBH provenant de régressions à partir des données LiDAR. La comparaison des estimations basées sur la hauteur avec une allométrie régionale existante par la cartographie des volumes des tiges dans un peuplement dominé par des sapins géants a abouti à une différence de 6,3 % du volume total. Cette étude démontre le potentiel du LiDAR pour estimer le volume des tiges individuelles aux échelles appropriées pour la gestion forestière en utilisant des relations hauteur-volume.