Publications du Service canadien des forêts

Abies balsamea / Pleurozium schreberi. 2016. Meades, B.; Chapman, K.; Saucier, J.-P.; Baldwin, K. Great Lakes Forestry Centre, Sault Ste. Marie,Ontario. Association CNVC00222. 10p.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 37604

La langue : Anglais

Séries : Classification nationale de la vegetation du Canada (CNVC)

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La Classification nationale de la végétation du Canada (CNVC) est une classification écologique de la végétation naturelle et semi-naturelle au Canada. Cette classification constitue une taxinomie hiérarchique servant à décrire l’état de la végétation à divers niveaux de généralisation, allant d’une échelle globale à une échelle locale. L’objectif de la CNVC est de servir de « dictionnaire » de la végétation, avec des appellations normalisées, des définitions précises et des fiches d’information descriptives. Tous les produits seront publiés sur le site Web de la CNVC (cnvc-cnvc.ca). Ressources naturelles Canada – SFC (CFGL) gère l’élaboration des éléments forestiers et des terrains boisés de la CNVC. Des fiches d’information relatives aux types de forêts de la CNVC (classification canadienne des écosystèmes forestiers) sont publiées dans deux versions (en anglais et en français), en utilisant les modèles normalisés et les conventions en matière de terminologie. Chaque fiche d’information contient des renseignements sur le type de végétation et d’environnement, ainsi que sur les répartitions géographiques au Canada et les liens avec des classifications semblables d’autres provinces utilisées aux fins de gestion de la forêt. La CNVC fournit un cadre cohérent pour appliquer les connaissances écologiques des forêts du Canada à la gestion, à la recherche, à la surveillance et aux activités d’établissement de rapports portant sur les terres. Elle permet au Canada d’être le chef de file mondial dans l’utilisation de renseignements fondés sur l’écosystème pour la gestion des forêts, y compris les valeurs ligneuses et non ligneuses. Une classification hiérarchique est essentielle à l’association de renseignements écologiques entre les échelles locales, régionales et internationales. La classification améliore la valeur d’interprétation des renseignements spatiaux (p. ex. l’Inventaire forestier national) en les associant à des caractéristiques écologiques dérivées du sol.