Publications du Service canadien des forêts

Phosphate-solubilizing bacteria isolated from ectomycorrhizal mycelium of Picea glauca are highly efficient at fluorapatite weathering. 2016. Fontaine, L.; Thiffault, N.; Paré, D.; Fortin, J.-A; Piché, Y. Botany 94:1183-1193.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 37465

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjb-2016-0089

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

Des bactéries solubilisatrices de fluorapatite ont été isolées à partir de l’hyphosphère du champignon ectomycorhizien (ECM) Wilcoxina sp., une espèce dominant la rhizosphère de Picea glauca (Moench) Voss. Des centaines de souches isolées de l’ascomycète Wilcoxina sp. ont dissout le phosphate tricalcique, alors que seulement 27 d’entre elles ont clarifié le milieu amendé en fluorapatite. La majorité des souches dissolvant la fluorapatite appartiennent au genre Burkholderia. Des observations réalisées en microscopie électronique à balayage ont montré que ces bactéries solubilisatrices de phosphates (BSP) efficaces pouvaient dissoudre complètement des cristaux de fluorapatite en moins de 22 h. Les souches de BSP efficaces Burkholderia sp. 205 et Curtobacterium sp. 168 ont été testées quant à leur capacité de s’associer avec un hôte génétiquement distant tout en remplissant leur fonction de BSP. La souche 205 de Burkholderia sp. s’est associée avec succès au basidiomycète Laccaria bicolor (Maire) P.D.Orton lorsque l’hydroxyapatite était la seule source de phosphore accessible au champignon, alors qu’une source de phosphore soluble inhibait la croissance bactérienne. Des observations en microscopie à fond clair de Laccaria bicolor en association avec Burkholderia sp. ont révélé une importante colonisation bactérienne des hyphes. Ces résultats suggèrent une importance des associations bactéries – champignons ECM dans la nutrition phosphatée de l’épinette blanche.

Résumé en langage clair et simple

Les résultats de cette étude suggèrent qu’il existe une association entre certaines espèces de champignons entourant les racines (ectomychorhizes) de l’épinette blanche et des bactéries permettant de solubiliser le phosphate présent dans les minéraux du sol. Le phosphate est une source de phosphore pour les épinettes. Ce dernier est un des éléments nutritifs essentiels pour leur croissance et leur développement.

Ces travaux visaient à isoler et identifier les bactéries présentes dans les ectomychorhizes, à démontrer in vitro leur capacité à solubiliser le phosphate et à valider, toujours in vitro, l’association entre le champignon et les bactéries.