Publications du Service canadien des forêts

Pine Sawyers (Coleoptera: Cerambycidae) Attracted to alpha-pinene, Monochamol, and Ipsenol in North America. 2016. Miller, D.R.; Allison, J.D.; Crowe, C.M.; Dickinson, D.M.; Eglitis, A.; Hofstetter, R.W.; Munson, A.S.; Poland, T.M.; Reid, L.S.; Steed, B.E.; Sweeney, J.D. Journal of Economic Entomology 109(3):1205-1214.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 37263

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1093/jee/tow071

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Des outils de détection de l’espèce de monochamus (Coleoptera: Cerambycidae) sont nécessaires, car cette espèce est responsable de l’introduction de la flétrissure des pins par la transmission de nématodes en Asie, Europe et Amérique du Nord. En 2012-2014, nous avons examiné les effets du monochamol et de l’ipsenol, des médiateurs chimiques, sur le vol des longicornes suivants vers des pièges appâtés avec α-pinene : monochamus carolinensis (Olivier), monochamus clamator (LeConte), monochamus mutator LeConte, monochamus notatus (Drury), monochamus obtusus Casey, monochamus scutellatus (Say) et monochamus titillator (F.) complex (Coleoptera: Cerambycidae). Les expériences ont été menées dans des forêts de pins du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario au Canada, ainsi qu’en Arizona, en Géorgie, au Michigan, au Montana, en Oregon, en Caroline du Sud, au Utah et dans l’État de Washington aux États-Unis. Pour résumer, 40 pièges ont été placés, soit 10 groupes de 4 piègeschacun, et un groupe de pie`ges par emplacement. Les pièges étaient appâtés avec les produits suivants : (1) α-pinene; (2) α-pinene + monochamol; (3) α-pinene + ipsenol; (4) α-pinene + monochamol + ipsenol. Le monochamol a augmenté les prises de six espèces et une espèce complète de monochamus avec un effet additif d’ipsenol pour cinq espèces et une espèce complexe. Il n’y a pas de preuve de synergie entre le monochamol et l’ipsenol sur les prises de longicornes. Le monochamol n’a pas d’effet sur les prises d’autres cerambycidae, ni sur les espèces connexes de scolytes, foreurs, ou prédateurs de scolytes. Nous disposons de données solides suggérant que la combinaison de α-pinene, d’ipsenol et de monochamol pourrait être un appât utile dans la détection des espèces de monochamus.

Dernière mise à jour :