Publications du Service canadien des forêts

Spruce Budworm (Lepidoptera: Tortricidae) Oral Secretions I: Biology and Function. 2015. Eveleigh, E.S.; Silk, P.J.; Leclair, G.; Mayo, P.; Francis, B.; Williams, M. Environmental Entomology 44(6): 1641-1651.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 37158

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Les rôles possibles des sécrétions orales des larves de la tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana, Clemens), et les facteurs qui peuvent avoir des répercussions sur le volume de sécrétions orales régurgitées ont été étudiés en laboratoire. Les expériences ont montré que les larves de tordeuse des bourgeons de l’épinette nourries selon un régime particulier régurgitent facilement des sécrétions orales sur induction (« traite »), tout en réduisant au minimum les coûts globaux pour leur développement et leur poids de chrysalide éventuel. L’exposition de larves conspécifiques aux sécrétions orales tout au long du développement larvaire a eu un effet négatif sur la survie et le poids des chrysalides mâles; cependant, le développement des mâles a été plus rapide lorsqu’il a été exposé aux sécrétions orales. Le poids des chrysalides femelles et la période de développement n’ont pas été touchés. Les expériences préliminaires ont laissé entendre que les sécrétions orales ont eu un effet répulsif sur un herbivore coexistant, la fausse arpenteuse de la pruche (Nepytia canosaria) [Walker]. Les sécrétions orales produites par les larves qui se sont nourries de trois espèces d’arbres hôtes et d’une diète artificielle ont augmenté de façon importante le temps de toilettage des fourmis charpentières (Camponotus sp.), ce qui montre que les sécrétions orales de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont une fonction antiprédateurs. Le volume de sécrétions orales est considérablement plus important au N6 qu’au N4 ou au N5, et le volume produit par le N6 dépend du poids et de l’âge ainsi que de l’historique d’alimentation au moment de la traite. Ces résultats indiquent que les sécrétions orales de la tordeuse des bourgeons de l’épinette servent de phéromone épidéictique intra et interspécifique et de mécanisme de défense contre les prédateurs, tout en engageant des coûts métaboliques minimes.

Résumé en langage clair et simple

Les sécrétions orales (une combinaison de salive et de contenu du tube digestif ou de substance régurgitée) de nombreuses espèces de chenilles ont été signalées pour leurs multiples fonctions biologiques. Dans la présente étude, nous avons effectué des expériences en laboratoire pour déterminer les rôles potentiels des sécrétions orales de la larve de la tordeuse des bourgeons de l’épinette (phase de chenille) et les facteurs qui pourraient avoir un effet sur le volume des sécrétions orales expulsées. Nous avons déterminé que les sécrétions orales de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont de nombreuses fonctions en plus de leur participation à la digestion des nutriments. Par exemple, elles peuvent servir de mécanisme d’espacement ou de répulsif, non seulement contre d’autres tordeuses se nourrissant sur le même arbre, mais également contre d’autres espèces de chenilles se nourrissant des mêmes aliments. Elles servent également de mécanisme de défense contre des prédateurs comme les fourmis. Cependant, les demandes répétées sur la production des sécrétions orales au cours de ces mesures répulsives et défensives tout au cours de la durée de vie de la tordeuse n’ont aucun effet négatif sur la survie et la croissance générales de l’animal. Cette connaissance des fonctions des sécrétions orales et de leur composition chimique (voir l’article suivant) pourrait nous aider à élaborer des stratégies novatrices et plus efficaces contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

Dernière mise à jour :