Publications du Service canadien des forêts

Spatial and temporal dimensions of fire activity in the fire-prone eastern Canadian taiga. 2016. Erni, S.; Arseneault, D.; Parisien, M.-A.; Bégin, Y. Global Change Biology 23(3):1152-1166.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 37125

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/gcb.13461

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Afin de comprendre le risque de feux de friches, il importe de connaître l’effet du risque sur l’âge des arbres des peuplements forestiers. La forêt boréale du Canada comporte des parcelles forestières d’âges différents (« mosaïque forestière »), selon la dernière fois qu’une région a été touchée par un feu de friches. Les jeunes peuplements qui ont récemment connu un feu pourraient contribuer à atténuer les hausses des feux de friches, alors que les peuplements plus vieux pourraient être « vulnérables » à un feu. La présente étude examine 175 ans de feux dans une région du Québec s’étendant du nord au sud sur 340 km et où l’on enregistre quelques-uns des plus importants feux dans les forêts boréales de l’Amérique du Nord. En fait, dans le cadre de l’étude, nous avons constaté que 2,1 p. 100 de la superficie brûle par année et qu’il y a un feu à tous les 3,5 ans, en moyenne. En outre, les jeunes peuplements (moins de 20 ans) sont beaucoup moins vulnérables aux feux que les peuplements de plus de 50 ans, et l’âge du peuplement est un facteur clé dans les risques de feu. Par ailleurs, les terres humides, comme les lacs et les tourbières, réduisent considérablement les risques de feu. Toutefois, avec les changements climatiques, cette observation pourrait ne plus être juste dans l’avenir. Par exemple, un feu exceptionnel en 2013 s’est répandu rapidement en raison des conditions météorologiques extrêmes et a brûlé même les plus jeunes peuplements.