Publications du Service canadien des forêts

Remote sensing of forest pest damage: a review and lessons learned from a Canadian perspective. 2016. Hall, R.J.; Castilla, G.; White, J.C.; Cooke, B.J.; Skakun, R.S. The Canadian Entomologist 148(S1):S296-S356.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 36854

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2016.11

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les épidémies d’insectes ravageurs, comme les scolytes et les défoliateurs, causent périodiquement d’importantes pertes de volume dans les forêts du Canada. Lorsqu’elles se conjuguent aux incendies, ces épidémies peuvent faire passer les forêts de puits à sources de carbone. Les méthodes actuelles pour surveiller les dommages causés par les ravageurs comprennent les relevés sur le terrain et les relevés aériens, ces derniers reposant sur les compétences des techniciens en santé des forêts qui dessinent des cartes illustrant la gravité des dommages vus des airs. Même si ils offrent un très bon rapport coût-efficacité, les relevés aériens accusent des lacunes dans les données et ils n’offrent pas la précision et l’uniformité voulues pour permettre de quantifier en détail les impacts et de comprendre la dynamique de l’écosystème. La télédétection, soit l’acquisition et l’analyse de données scientifiques obtenues à partir d’aéronefs ou de satellites, apporte un complément à ces méthodes et étend la surveillance au-delà de la forêt aménagée. Cela dit, cette approche exige de comprendre comment les dommages se traduisent par des changements dans les données et donc de connaître les interactions hôtes–ravageurs. Dans le présent article, nous examinons la biologie des principaux insectes forestiers nuisibles au Canada, les dommages qu’ils causent et comment ces dommages sont évalués par les relevés aériens et au moyen de la télédétection. Nous tirons certaines leçons et décrivons les perspectives d’un système intégré de surveillance qui tire avantage des techniques classiques et des nouvelles technologies.

Dernière mise à jour :