Publications du Service canadien des forêts

Intensive forestry filters understory plant traits over time and space in boreal forests. 2017. Patry, C.; Kneeshaw, D.; Aubin, I.; Kuuluvainen, T.; Uotila, A.; Salemaa, M.; Messier, C. Forestry 90(3): 436-444.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 36847

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1093/forestry/cpx002

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Ce document vise à étudier les effets des intensités variables des pratiques de gestion des forêts sur les réactions des associations végétales au moyen d’une approche axée sur les caractères fonctionnels des associations. Nous avons comparé les caractères des associations des différents régimes, au Canada et en Finlande, entre les forêts semi-naturelles, la régénération naturelle après coupe, et les plantations gérées de manière intensive. Cette comparaison comparaison a permis de vérifier si les assemblages de traits variaient avec une gestion forestière de plus en plus intense, particulièrement dans les zones où la foresterie intensive est pratiquée depuis longtemps, comme en Finlande. Les caractéristiques des espèces de plantes souterraines menacées en Finlande ont servi de référence. Les résultats ont révélé un filtrage des caractères fort en plus d’un gradient de l’intensité de la gestion des forêts. Les forêts en régénération semi-naturelles et naturelles possédaient des espèces végétales typiques à la persistance dans le temps et dans l’espace. Dans les plantations gérées de manière intensive, les assemblages végétaux étaient composés d’espèces qui étaient en mesure de se coloniser rapidement à la suite d’une perturbation, , avec des effets plus prononcés observés en Finlande. Les caractères associés négativement à une gestion intensive étaient les mêmes que ceux des plantes qu’on retrouve sur la liste rouge finnoise. Ces résultats montrent que la foresterie intensive à long terme réalisée à grande échelle change la diversité fonctionnelle des plantes du sous-étage.