Publications du Service canadien des forêts

Modelling and mapping permafrost at high spatial resolution using Landsat and Radarsat images in northern Ontario, Canada: part 1 - model calibration. 2016. Ou, C.; Leblon, B.; Zhang, Y.; LaRocque, A.; Webster, K.; McLauglin, J. International Journal of Remote Sensing 10.1080/01431161.2016.1157642.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 36789

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1080/01431161.2016.1157642

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

La décongélation du pergélisol avec un climat changeant a une importante incidence écologique et socioéconomique. Dans un article précédent (partie 1 - Ou et al. 2015), nous avons montré que le modèle Northern Ecosystem Soil Temperature (température du sol dans les écosystèmes nordiques) peut être utilisé pour modéliser les températures du sol et le pergélisol dans une zone de pergélisol chaude et discontinue située dans les basses terres de la baie d’Hudson au nord de l’Ontario, au Canada. Cet article applique le modèle sur toute la zone d’étude afin de cartographier la distribution des conditions du pergélisol et les changements qu’elles ont subis entre les années 60 et 2000 à une haute résolution spatiale. Certains résultats du modèle ont été estimés selon les cartes d’occupation du sol et des matériaux de surface dérivées des images SAR Landsat-5 TM et Radarsat-2. Les 49 sites ayant un relief de pergélisol observés sur le terrain trouvés dans la zone d’étude ont été correctement identifiés sur l’image classée. Cette étude spatiale modélisée montre que le pergélisol couvre environ 9,4 % du sol dans cette zone et varie selon les types de couvertures terrestres. Avec les augmentations de la température de l’air (1,9 °C) et des précipitations (2,4 %) annuelles moyennes entre les années 60 et 2000, les résultats du modèle montrent un approfondissement de la couche active de 20,5 %. Cependant, le pergélisol a persisté dans la majeure partie de la zone en raison de la protection de la tourbe épaisse. L’étendue du pergélisol modélisé a été réduite de 9,8 % à 9,4 % uniquement.

Dernière mise à jour :