Publications du Service canadien des forêts

How will climate change affect wildland fire severity in the western US? 2016. Parks, S.A.; Miller, C.; Abatzoglou, J.T.; Holsinger, L.M.; Parisien, M.-A.; Dobrowski, S.Z. Environmental Research Letters 11(3):035002.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 36624

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1088/1748-9326/11/3/035002

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

On prévoit que les changements climatiques auront une incidence sur les feux de friches. La présente étude examine la gravité des feux un an plus tard, c’est-à-dire la mesure dans laquelle les feux modifient de façon marquée les sols et la végétation. Nous avons eu recours à des modèles statistiques pour comprendre le lien entre la gravité des feux et le climat dans l’ensemble de la région ouest des États-Unis au cours d’une période récente de 28 ans de climat normal, puis nous avons prévu ce qui arriverait en 2040-2069 en fonction des modèles du climat mondial. Nous avons constaté que la gravité des feux diminue lorsqu’il y a un déficit en eau et augmente lorsque les précipitations sont plus abondantes (neige et pluie). Les feux violents sont plus fréquents dans les écorégions forestières plus fraîches et humides. Selon l’étude, les feux deviendront moins violents dans une grande partie de la région ouest des États-Unis, à mesure que le climat deviendra non seulement plus chaud mais aussi plus sec. Les forêts devraient se régénérer après un feu mais avec un moins grand nombre d’arbres à plus faible croissance et, par conséquent, compteront moins de biomasse à brûler. Cette prévision pourrait changer si les humains modifient les équilibres naturels en élargissant les aires de pâturage, en modifiant le paysage avec des routes et d’autres aménagements, et en supprimant les feux de friches. En fait, la prévention des feux et la lutte actuelle contre ces derniers pourraient entraîner des feux plus violents dans l’avenir puisqu’il n’y a pas eu de feux récents dans bon nombre de forêts et qu’il y aura donc une grande quantité de matières à brûler lorsqu’un feu se produira inévitablement.