Publications du Service canadien des forêts

The combined influence of two agricultural contaminants on natural communities of phytoplankton and zooplankton. 2016. Baker, L.F.; Mudge, J.F.; Thompson, D.G.; Houlahan, J.E.; Kidd, K. Ecotoxicology 25(5):1021-1032.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 36575

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10646-016-1659-1

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les produits à base de glyphosate sont les herbicides chimiques les plus utilisés pour la lutte contre la végétation indésirable dans les secteurs de la sylviculture et de l’agriculture au Canada comme dans de nombreux autres pays du monde. Les petits milieux humides peu profonds immédiatement adjacents aux zones vaporisées de ces secteurs peuvent recevoir des rejets indirects d’herbicide en raison de dérives ou d’écoulements dans les eaux de surface. Ces rejets peuvent également entraîner l’introduction accidentelle de nutriments importants tels que le nitrogène et le phosphore. Dans cette étude, on a examiné le potentiel d’effets directs et indirects de l’herbicide à base de glyphosate Roundup WeatherMax© sur les populations de plancton dans les petits milieux humides, à la fois seul et avec des nutriments supplémentaires. Lors d’un scénario expérimental extrême représentant le pire cas possible, on a observé un déclin à court terme du carbone comestible dans le phytoplancton et une réduction de l’abondance du zooplancton. Cependant, même dans le pire scénario d’exposition possible examiné lors de cette expérience, l’herbicide lui-même n’a produit aucun effet toxique aigu sur les populations de plancton. Les résultats de cette étude suggèrent que l’utilisation réglementée de cet herbicide à base de glyphosate conformément à son étiquette (qui interdit l’application directe intentionnelle sur les milieux humides) a une faible probabilité d’entraîner des effets délétères sur les populations de plancton des milieux humides. L’étude a également clairement démontré l’importance d’examiner les effets de stresseurs potentiellement concomitants dans les conditions d’études sur le terrain, qui simulent au mieux les environnements récepteurs de situations réelles.