Publications du Service canadien des forêts

Hardiness zones and bioclimatic modelling of plant species distributions in North America. 2015. McKenney, D.W.; Pedlar, J.H.; Lawrence, K.: Papadopol, P.; Campbell, K. Acta Horticulturae 1085:139-148.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 36572

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.17660/ActaHortic.2015.1085.24

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Depuis longtemps, les écologistes, agriculteurs, horticulteurs et jardiniers s’intéressent aux possibilités de répartition des espèces. Sur le plan pratique, les zones de rusticité aident à déterminer la répartition d’espèces de plantes pluriannuelles. Le modèle de températures minimales extrêmes de l’USDA (United States Department of Agriculture) et la carte connexe se sont avérés un substitut pratique pour connaître la rusticité des plantes, et ils sont largement exploités partout en Amérique du Nord. On a créé une carte des zones de rusticité des plantes, qui est devenue une norme et une source usuelle pour les Canadiens. Tenant compte de sept paramètres climatiques, elle était considérée comme une représentation fiable de la situation au Canada quant à la rusticité des plantes, là où les longs hivers et la couverture de neige peuvent nuire énormément à la survie et au rendement des plantes. Les responsables ont mis à jour les cartes des zones de rusticité des plantes au Canada à l’aide de données climatiques récentes et de méthodes d’interpolation climatique modernes et poussées sur le plan mathématique. Nous résumons certains des principaux changements dans les zones de rusticité au Canada depuis les 50 dernières années. De plus, nous décrivons brièvement un projet en Amérique du Nord sur la rusticité des plantes qui comprend l’exploitation statistique et l’analyse bioclimatique de données d’observation des plantes. Nous illustrons la relation entre les zones de rusticité les plus récentes et les modèles de répartition des espèces à partir de deux espèces ligneuses représentatives, et nous donnons des exemples de projection des mutations dans la répartition des espèces compte tenu des changements climatiques.