Publications du Service canadien des forêts

Evaluating the impact of leaf-on and leaf-off airborne laser scanning data on the estimation of forest inventory attributes with the area-based approach. 2015. White, J.C., Arnett, J.T.T.R., Wulder, M.A., Tompalski, P., Coops, N.C. Canadian Journal of Forest Research. Vol. 45, pp. 1498-1513.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 36446

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2015-0192

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Dans cette étude, nous explorons les conséquences de l'utilisation des données de balayage laser aéroporté (BLA), acquises avec ou sans feuilles, sur les résultats d'un modèle par surface dans une forêt dominée par le pin tordu latifolié (Pinus contorta var. latifolia Engelm.) dans les contreforts des montagnes Rocheuses en Alberta, au Canada. Nous avons examiné huit caractéristiques de la forêt : la hauteur dominante, la hauteur moyenne, la hauteur moyenne de Lorey, la surface terrière, le diamètre moyen quadratique, le volume marchand, le volume total et la biomasse aérienne totale. Nous avons utilisé 787 placettes au sol pour l'élaboration du modèle, stratifiées par les conditions d'acquisition du BLA (avec ou sans feuilles) et le type forestier dominant (conifères ou feuillus). Nous avons également généré des modèles regroupés qui combinaient les données de BLA avec feuilles aux données sans feuilles, et des modèles génériques qui combinent les données des placettes de tous les types forestiers. Nous avons évalué les différences dans les mesures de BLA et les résultats des modèles avec ou sans feuilles, ainsi que les impacts du regroupement des données de BLA avec et sans feuilles, de la création de modèles génériques et de l'application des modèles étalonnés avec feuilles aux données sans feuilles (et vice versa). En général, les mesures de BLA avec et sans feuilles n'étaient pas significativement différentes (p < 0,05), sauf pour le 5e percentile de hauteur (conifères) et pour les mesures de densité du couvert (feuillus). Dans l'ensemble, les modèles de conifères avec et sans feuilles étaient comparables : les écarts de l'erreur quadratique moyenne (EQM) et du biais relatifs étaient <2 % pour tous les attributs, sauf pour les volumes pour lesquels ils étaient <4 %. Dans le cas des modèles de feuillus, avec et sans feuilles, les écarts de l'EQM et du biais relatifs pour les attributs de hauteur et le diamètre moyen quadratique étaient <2 %, tandis qu'ils étaient <7 % pour le volume et la biomasse. Ces résultats confirment que les données sans feuilles peuvent être utilisées dans une approche par surface pour estimer les caractéristiques de la forêt pour les deux types forestiers, soit les conifères et les feuillus. Les écarts de l'EQM et du biais relatifs pour les modèles regroupés (combinant des données avec et sans feuilles) étaient <2 % par rapport aux modèles avec et sans feuilles, ce qui indique que dans les forêts étudiées, le fait de combiner les données avec et sans feuilles dans une approche par surface ne nuit pas aux résultats du modèle. Les modèles génériques, qui ne tenaient pas compte du type forestier, avaient de grandes erreurs de volume et de biomasse (p. ex., l'EQM relative du volume marchand était deux fois plus grande que pour les modèles spécifiques au type forestier). De même, le mélange des modèles avec feuilles et des données sans feuilles, et vice versa, a produit une EQM et un biais élevés pour les deux types forestiers. Par conséquent, le mélange des modèles et des types de données devrait être évité. [Traduit par la Rédaction].

Dernière mise à jour :