Publications du Service canadien des forêts

Responses of Cerambycidae and other insects to traps baited with ethanol, 2,3-hexanediol and 3,2-hydroxyketone lures in north-central Georgia. 2015. Miller, D.R.; Crowe, C.M.; Mayo, P.D.; Silk, P.J.; Sweeney, J.D. Journal of Economic Entomology 108: 2354–2365. DOI: http://dx.doi.org/10.1093/jee/tov220

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36406

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1093/jee/tov220

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Dans le centre-nord de la Géorgie, 13 espèces de longicornes (Coleoptera: Cerambycidae: Cerambycinae) ont été attirées par des pièges à entonnoirs multiples appâtés avec de l’éthanol et l’une ou l’autre des phéromones suivantes : 1) mélange racémique de 3-hydroxyhexan-2-one; 2) mélange racémique de 3-hydroxyoctan-2-one; 3) syn-hexane-2,3-diol. Les pièges comportant un appât d’éthanol + mélange racémique de 3 hydroxyhexan-2-one ont attiré les espèces suivantes : Anelaphus pumilus (Newman), Eburia quadrigeminata (Say), Euderces pini (Olivier), Knulliana cincta (Drury), Neoclytus mucronatus (F.), Neoclytus scutellaris (Olivier) et Xylotrechus colonus (F.). Les pièges appâtés avec de l’éthanol + mélange racémique de 3 hydroxyoctan-2-one ont attiré le Clytus marginicollis Castelnau et Gory et l’Anelaphus parallelus (Newman), tandis que les pièges appâtés avec de l’éthanol + syn-2,3-hexanediol ont attiré l’Anelaphus villosus (F.), l’A. parallelus, le Neoclytus acuminatus (F.), le Neoclytus jouteli jouteli Davis et le Megacyllene caryae (Gahan). La présence de l’éthanol a contribué à faire augmenter le nombre de captures de sept espèces de longicornes dans les pièges comportant un appât de syn-2,3-hexanediol et de 3,2-hydroxycétones. L’ajout de syn-2,3-hexanediol et de 3,2-hydroxycétones dans les pièges appâtés avec de l’éthanol n’a généralement eu aucune incidence sur le nombre de captures de scolytes et de scolytes du bois (Curculionidae: Scolytinae), sauf dans le cas de deux espèces. L’ajout du mélange racémique de 3-hydroxyoctan-2-one.dans les pièges comportant un appât d’éthanol a eu pour effet d’accroître le nombre moyen de captures de l’Hypothenemus rotundicollis Wood et Bright et de réduire le nombre moyen de captures du Dryoxylon onoharaensum (Murayama). Le Xylobiops basilaris (Say) (Bostrichidae) et le Chariessa pilosa (Forster) (Cleridae) ont été attirés par les pièges appâtés avec de l’éthanol et du syn-2,3-hexanediol, tandis que le Temnoscheila virescens (F.) (Trogossitidae) a été attiré par les pièges appâtés avec de l’éthanol et le mélange racémique de 3 hydroxyhexan-2-one. La punaise assassine Apiomerus crassipes (F.) (Hemiptera: Reduviidae) a été attirée par les pièges comportant un appât d’éthanol et de 3,2-hydroxycétones.

Résumé en langage clair et simple

Des campagnes de piégeage visant à déceler la présence éventuelle d’espèces exotiques (non indigènes) envahissantes de scolytes et de coléoptères perceurs du bois susceptibles d’infliger des dommages à nos forêts sont menées annuellement au Canada et aux États-Unis. Cet article présente les résultats d’une expérience de piégeage menée en Géorgie, aux États-Unis, qui avait pour but d’évaluer le potentiel d’un certain nombre d’appâts pour la détection des scolytes et des coléoptères perceurs du bois. L’hypothèse de départ était que les pièges et les appâts qui facilitent la détection des coléoptères perceurs du bois indigènes devraient également se révéler efficaces pour la détection des espèces de coléoptères des mêmes familles originaires d’Europe et d’Asie. Cette étude a démontré que l’ajout de phéromones émises par les longicornes dans les pièges comportant un appât d’éthanol permet d’accroître les taux de détection de treize espèces de longicornes et a des effets négatifs très faibles sur les taux de détection des scolytes et des scolytes du bois (pour lesquels on utilise généralement des pièges appâtés uniquement avec de l’éthanol). L’application des conclusions de cette étude pourrait permettre d’améliorer la surveillance des scolytes et coléoptères perceurs du bois exotiques durant les campagnes de piégeage annuelles.

Dernière mise à jour :