Publications du Service canadien des forêts

Aboveground biomass of understorey vegetation has a negligible or negative association with overstorey tree species diversity in natural forests. 2015. Zhang, Y.; Chen, H.Y.H.; Taylor, A.R. Global Ecology and Biogeography [online early] DOI 10.1111/geb.12392

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36404

La langue : Anglais

Disponibilité : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/geb.12392

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Des relations positives entre la diversité des espèces d’arbres, la biomasse aérienne et la productivité de l’étage dominant ont été largement constatées dans les écosystèmes tropicaux, tempérés et forestiers boréaux. Cependant, aucun consensus n’a été établi quant à l’association entre la diversité des espèces de l’étage dominant et les fonctions de la végétation du sous étage, comme la biomasse des strates arborescente, arbustive, herbacée et de bryophytes du sous étage, malgré leurs contributions essentielles à la diversité et aux fonctions des forêts naturelles. Nous avons utilisé l’ensemble de données de l’Inventaire national des forêts du Canada pour évaluer l’incidence de la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant sur la biomasse aérienne de chaque strate forestière en tenant compte des effets du climat, de l’état des sites et de l’âge des peuplements. Nous avons constaté que la biomasse aérienne des arbres de l’étage dominant et la biomasse aérienne totale étaient associées positivement à la richesse des espèces d’arbres de l’étage dominant. Toutefois, la biomasse aérienne des arbres, des arbustes, des herbacées et des bryophytes du sous étage n’était pas associée ou était associée négativement à la richesse, à l’uniformité et aux variations des caractéristiques du cycle vital des espèces de l’étage dominant. Nos résultats montrent des associations positives entre la biomasse aérienne des arbres de l’étage dominant et la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant dans un large éventail de climats, de conditions locales et d’âges des peuplements dans des forêts naturelles. Cependant, contrairement aux constatations précédentes indiquant qu’une forte diversité des espèces donnait lieu à des niveaux plus élevés de fonctions écosystémiques multiples, y compris les fonctions des plantes du sous étage, nos résultats montrent que la biomasse aérienne de la végétation du sous étage présente une association négligeable ou négative avec la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant. Les associations négatives entre la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant et la biomasse du sous étage résultent possiblement d’un plus grand filtrage des ressources par les arbres de l’étage dominant dans les écosystèmes dont l’étage dominant est plus diversifié.

Résumé en langage clair et simple

Des relations positives entre la diversité des espèces d’arbres et les fonctions des forêts (p. ex. productivité) ont été largement constatées dans les écosystèmes tropicaux, tempérés et forestiers boréaux. Cependant, aucun consensus n’a été établi quant à l’association entre la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant et les fonctions de la végétation du sous étage, malgré les contributions essentielles de la végétation du sous étage aux fonctions globales des forêts naturelles. Dans la présente étude, nous avons utilisé l’ensemble de l’Inventaire national des forêts du Canada pour évaluer l’influence de la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant sur la productivité de chaque strate forestière en tenant compte des effets du climat, de l’état des sites et de l’âge des peuplements. Nous avons constaté que la productivité forestière totale était positivement associée à la richesse des espèces d’arbres de l’étage dominant. Toutefois, la productivité des arbres, des arbustes, des herbacées et des bryophytes du sous étage n’était pas associée ou était associée négativement à la richesse des espèces de l’étage dominant. Nos résultats montrent des associations positives entre la productivité des arbres de l’étage dominant et la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant, dans un large éventail de climats, de conditions locales et d’âges des peuplements dans des forêts naturelles. Cependant, contrairement aux constatations précédentes indiquant qu’une forte diversité des espèces donnait lieu à des niveaux plus élevés de fonctions écosystémiques multiples, y compris les fonctions des plantes du sous étage, nos résultats montrent que la productivité de la végétation du sous étage présente une association négligeable ou négative avec la diversité des espèces d’arbres de l’étage dominant.