Publications du Service canadien des forêts

Adaptive advantages of dietary mixing different-aged foliage within conifers for a generalist defoliator. 2015. Johns, R.C.; Tobita, H.; Hara, H.; Ozaki, K. Ecological Research 30:783-802.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36388

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

– Peu d’herbivores peuvent s’alimenter de feuilles de toutes les catégories d’âge, et la plupart des herbivores se sont adaptés durant leur évolution à des feuilles jeunes ou matures; cependant, des recherches récentes ont montré qu’un certain nombre d’insectes herbivores ont diversifié l’âge des feuilles qu’ils consomment pour améliorer leur capacité d’adaptation. Nous avons mené une série d’expériences sur le terrain et en laboratoire pour déterminer si la chenille de la spongieuse asiatique (L. umbrosa (Butler) = L. dispar Hokkaidoensis Goldschmidt) (Lepidoptera: Lymantriidae) consomme des feuilles de différentes catégories d’âge sur les espèces de conifères communes dans son aire de répartition naturelle, dans l’île d’Hokkaido, au Japon, et les avantages qu’elle tire de cette diversification de son régime alimentaire. Dans le cadre des expériences en laboratoire, nous avons constaté que les chenilles des premiers stades consommaient des feuilles jeunes et des feuilles matures lorsque des feuilles des deux catégories d’âge leur étaient offertes; toutefois, le taux de survie et le poids des individus étaient les plus élevés chez les hôtes avec feuilles jeunes (mélèze, sapin et pin), tandis que toutes les chenilles élevées sur des épinettes possédant uniquement des feuilles matures sont mortes. Par contre, durant les expériences réalisées en laboratoire et sur le terrain, les chenilles des derniers stades consommaient fréquemment des feuilles jeunes et matures de toutes les espèces de conifères utilisées durant l’étude, mais elles préféraient généralement les feuilles matures. Dans le cadre des essais sur le terrain, les chenilles des derniers stades exposées à des feuilles des deux catégories d’âge (alimentation « mixte ») présentaient des performances semblables à celles exposées uniquement à des feuilles jeunes ou à des feuilles matures. Les résultats de la présente étude montrent que les chenilles tirent peu d’avantages de la consommation de feuilles de différentes catégories d’âge; le volume accru de la réserve de nourriture constitue peut-être un avantage lorsque les chenilles sont limitées à un seul arbre hôte.

Résumé en langage clair et simple

La spongieuse asiatique est un important insecte défoliateur qui pourrait menacer les forêts de l’ouest de l’Amérique du Nord s’il réussissait à s’y établir. Contrairement à la spongieuse européenne qui ne s’alimente que sur des feuillus, la spongieuse européenne peut également se nourrir d’aiguilles de conifères. Malheureusement, nous en savons peu sur la façon dont il interagit avec ses hôtes conifériens en milieu naturel, particulièrement dans son habitat indigène. Nous avons mené une étude dans l’aire de répartition indigène de la spongieuse asiatique sur l’île d’Hokkaido (Japon) afin de mieux comprendre la diversité alimentaire de ses larves jeunes et vieilles et leurs préférences alimentaires pour du feuillage jeune ou mature de diverses essences de conifères. Les jeunes larves se nourrissaient principalement de jeune feuillage, tandis que les vieilles larves se nourrissaient de feuillage des deux classes d’âge, sans effet apparent sur leur survie ou leur taille. Ces résultats mettent en évidence la menace que la spongieuse asiatique présenterait pour les peuplements de conifères si elle était introduite, car un herbivore qui peut se nourrir de feuillage de toutes les classes d’âge est bien plus susceptible de tuer son hôte.

Dernière mise à jour :