Publications du Service canadien des forêts

Long term aboveground litterfall production in boreal jack pine (Pinus banksiana) and black spruce (Picea mariana) stands along the Boreal Forest Transect Case Study in western central Canada. 2015. Bhatti, J.S.; Jassal, R.S. Ecoscience 21(3-4):301-314.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 36368

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.2980/21-(3-4)-3699

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les aiguilles, les cônes, les rameaux et l’écorce que les arbres perdent sans arrêt jouent un rôle important en ajoutant des éléments nutritifs au sol forestier et en assurant la régulation du carbone de l’écosystème forestier. La quantité de chute de litière varie d’une année à l’autre, ce qui a une incidence sur la santé de l’écosystème, mais les raisons de cette variation ne sont pas bien comprises. La présente étude examine deux essences d’arbres (le pin gris et l’épinette noire) par l’entremise de l’Étude de cas d’un transect de la forêt boréale, de Prince Albert (Saskatchewan) à Gillam (Manitoba), sur trois degrés de latitude. Elle visait à élaborer un modèle de prévision de la chute de litière dans la forêt boréale. La chute de litière a été plus importante aux emplacements fertiles et plus chauds situés au sud de la zone qu’aux emplacements situés au nord, et ce, pour les deux espèces. Les peuplements d’essences mélangées où dominait l’épinette noire ont produit la plus grande quantité de litière. Les facteurs climatiques comme la température et les précipitations ont été importants pour la prévision des changements dans la chute de litière des deux essences. Toutefois, les incidences des facteurs climatiques et autres n’ont pas été les mêmes pour chaque espèce. La recherche a permis l’élaboration de modèles pour deux essences bien présentes dans la forêt boréale du Canada, ce qui nous aidera à prévoir la chute de litière et la dynamique du carbone dans le sol forestier.